21 mars 2019 – Opération sentinelle

dessin d'actualité humoristique sur la mobilisation des militaires pour le prochain acte des gilets jaunes
21 mars 2019 – Opération sentinelle

Sentinelles : « Où sont les mutants ? Cette unité est-elle un Gilet Jaune ? »
Wolverine : « Allez vous faire enc(bip ) tous les deux ! »
Emmanuel Macron : « C’est quoi ces trucs !? »
Christophe Castaner : « Ben… On a parlé de mobiliser les sentinelles… C’est Marvel qui me les a prêtés. »
(caricature de l’opération sentinelle)

Envie de solitude

Les perles : les assurances

« Je pense résilier ladite assurance puisque j’envoie ma femme dans le Midi et mon fils sous les drapeaux. »

Une mémorable demande en mariage

La vieille Madame Martin, la veuve du notaire, se fait draguer depuis au moins 5 ans par Monsieur Durand, un ancien colonel de l’armée, veuf lui aussi…

Au cours d’un repas au restaurant, le Colonel a demandé à Madame Veuve Martin si elle voulait bien l’épouser. Immédiatement, elle a répondu « Oui ».

Le lendemain matin, lorsque le Colonel se réveille (ils ont encore dormi chacun de leur côté), il ne parvient pas à se souvenir de ce que lui a répondu madame Martin !
« Était-elle heureuse ? Heu, je pense que oui, attend, non, elle m’a regardé bizarrement… »

Et toute la matinée, le Colonel essaie de se rappeler, mais rien à faire. Alors, n’y tenant plus, il prend son téléphone et l’appelle.

Un peu embarrassé, il finit par lui avouer qu’il ne se souvient plus de sa réponse à la proposition de mariage.
– Oh, lui répond-elle, je suis bien contente que vous appeliez : je me souvenais d’avoir dit « Oui » à quelqu’un, mais je ne savais plus qui c’était.

Une évidence

Qu’est-ce qui est long, dur et que les femmes n’ont pas ?

La bite (ben oui, heureusement qu’elle est encore là, parce que le Service Militaire, lui, il a disparu).

Le fils de l’Amiral

Un amiral servant à Brest a pris l’habitude de conduire chaque matin son petit garçon à l’école avant de rejoindre ses bureaux. Un matin, il ne résiste pas à poser à son fils une question qui lui trottait dans la tête depuis un certain temps :
– Dis donc… Tes copains doivent être impressionnés de me voir comme ça, tous les jours, en grand uniforme.
– Ça oui ! répond le bambin. Ils croient tous qu’on a un chauffeur.