Les lectures de Bernard Pivot

Dans un cocktail littéraire, un auteur d’innombrables best-sellers rencontre Bernard Pivot.
– Ah, cher ami, lui dit-il, vous m’avez toujours snobé en refusant de m’inviter à vos émissions sous prétexte que je ferais écrire mes romans par des nègres. Avez-vous lu mon dernier livre, au moins ?
– Non, répond Pivot, et vous ?

Le théâtre de Corneille

Les perles : à l’école

« C’est après sa mort que Corneille se consacra surtout au théâtre. »

Le job d’été du licencié ès Lettres

Pour se faire de l’argent de poche, un jeune homme se fait embaucher pour la saison d’été dans un supermarché. Le directeur l’accueille :
– Pour ton premier jour, tu vas commencer par balaye l’entrée du magasin.

Le garçon est indigné :
– Mais, Monsieur, je viens d’obtenir à l’université ma licence de lettres !
– Excusez-moi, je ne savais pas… Allez, passez-moi le balai, je vais vous montrer !

Le Nobel de littérature

Le lauréat du prix Nobel de littérature reçoit une lettre :
– Que faut-il faire pour recevoir le prix ?

Le lauréat répond :
– Mais il faut écrire !

Il reçoit une nouvelle lettre :
– D’accord, mais à qui ?

La lettre de George Sand à Alfred de Musset

La liaison entre ces deux géants littéraires dura deux ans, et fut l’occasion d’une correspondance aussi fournie que savoureuse.

La lettre de George Sand, en apparence innocente, est à relire en ne tenant compte que d’une ligne sur deux. Pour la réponse d’Alfred de Musset, elle est à relire en ne prenant que le premier mot de chaque vers.

GEORGE SAND :

Cher ami,
Je suis toute émue de vous dire que j’ai
bien compris l’autre jour que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir ainsi
vous dévoiler, sans artifice, mon âme
toute nue, daignez me faire visite,
nous causerons et en amis franchement
je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l’affection
la plus profonde, comme la plus étroite
amitié, en un mot : la meilleure épouse
dont vous puissiez rêver. Puisque votre
âme est libre, pensez que l’abandon ou je
vis est bien long, bien dur et souvent bien
insupportable. Mon chagrin est trop
gros. Accourrez bien vite et venez me le
faire oublier. À vous je veux me sou-
mettre entièrement.
Votre poupée

ALFRED DE MUSSET :

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage,
Voulez-vous qu’un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d’un cœur
Que pour vous adorer forma le créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n’ose dire.
Avec soin de mes vers lisez les premiers mots,
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.