Dénombrement belge

Un touriste en train de faire une randonnée en montagne croise un troupeau de moutons avec son berger.

Ils discutent de tout et de rien et sur la proposition du touriste en viennent à faire un pari : Le touriste parie qu’il peux donner en moins de 10 secondes le nombres exact de moutons que contient le troupeau.

Le berger tient le pari en promettant au touriste de lui laisser un mouton s’il gagne le pari. Le touriste lance : « Il y en a 847 ! »
– Incroyable répond le berger, c’est tout à fait ça. je m’incline, vous pouvez choisir votre mouton.

Le touriste met son mouton sur les épaules et s’apprête à partir lorsque le berger le hèle :
– Attendez ! Je vous propose un « Quitte ou double » : si je devine votre nationalité, vous me rendez mon mouton, sinon, vous partirez avec 2 moutons…
– Hé hé TENU, répond le touriste.
– Vous êtes belge ! lui sort le berger.
– Ça alors, comment avez-vous fait ? Je n’ai jamais eu l’accent et ça n’est pas marqué sur ma figure…

Et le berger lui répond :
– Exact, mais vous avez embarqué mon chien au lieu d’un mouton…

Rate this post

Les cerises belges

Un touriste belge est en Provence au mois de mai. Il demande à un paysan s’il peut cueillir quelques cerises. Le paysan est d’accord mais remarque que le touriste prend les cerises sans la queue.  Il lui dit :
– Mais cueillez-les donc avec la queue !

Le touriste belge lui répond :
– Avec la queue ? Moi qui avais déjà du mal avec les mains !

Rate this post

Casse-croûte mortel sur un chantier

Ça se passe sur le chantier d’un immeuble en construction. Trois ouvriers, un français, un anglais (francophone) et un belge font la pause casse-croûte du midi tout en haut de l’immeuble.

L’anglais:
« Oh, incroyable ! Encore un sandwich au cheddar. Je vais vous dire un truc : Si ma femme me fait encore un sandwich au cheddar, demain, je me tue ».

Le français : [un peu interloqué]
« Oh.. merde, encore de la choucroute. »

L’anglais :
« Ben, c’est pas mal, ça change des sandwichs… »

Le français :
« Oui peut-être, mais tous les jours, c’est trop. Si demain j’ai encore le même menu, je te suis… »

Le belge :
« Hum. Moi j’ai encore eu du waterzoï. Je suppose que je vais me tuer si j’ai encore la même chose demain. »

Nous sommes le jour suivant, il est midi, et c’est encore la pause casse-croûte.

L’anglais:
« Damn it ! J’avais pourtant dit à mon idiote de femme de ne plus mettre de cheddar dans mes sandwichs. C’est décidé, cette fois-ci c’est la bonne ! » Et il saute.

Le français :
« Oh non !. Ma femme m’a encore fait de la choucroute ! Attend moi… »

Le belge : [très inquiet, il ouvre sa gamelle et…]
« Oh. Du waterzoï. En fait je ne veux pas mourir, mais une promesse est une promesse… »

A l’enterrement, les trois femmes discutent entre elles :

L’anglaise :
« Sigh, si seulement je ne lui avais pas fait de sandwich au cheddar, il serait encore avec nous. »

La française :
« Le mien aimait le thon Pourquoi ne lui ai-je pas préparé des sandwichs au thon… c’est ma faute… »

La belge :
« Je ne comprend pas. Il a toujours insisté pour faire lui-même ses propres sandwichs. »

Rate this post