Carton plein sur l’autoroute

Les perles : la police

Il fait très chaud ce matin-là sur la région de Tours. Au peloton d’autoroute, chacun vaque à ses occupations. Le commandant d’unité s’est enfermé dans son bureau et fait ses écritures. L’atmosphère est de plus en plus lourde. Sans doute un orage qui se prépare. Soudain, la sonnerie du téléphone retentit. Au bout du fil, une voix essoufflée annonce : « Y’a un carton sur l’autoroute ! ». Le gendarme de permanence blêmit. Il rend compte immédiatement à son supérieur qui désigne déjà les gendarmes pour rejoindre les lieux. C’est alors que l’interlocuteur précise candidement : « Un très gros carton… Une boîte, quoi ! »

Kidnapping sur autoroute

Les perles : la police

Un couple d’automobilistes belges fait une pause sur une aire d’autoroute pour assouvir un besoin urgent. Le conducteur, impatient de continuer son voyage, se dirige vers les toilettes pour dames et appelle en vain sa femme.

C’est alors qu’il aperçoit une personne, ressemblant à sa moitié, qui monte dans un véhicule et reprend la route. Pris de panique, il prévient la gendarmerie du kidnapping de son épouse.

Pendant ce temps, Madame, qui s’était trompée de bloc sanitaire, s’époumone, coincée dans les toilettes pour hommes. Délivrée par des automobilistes eux aussi pressés, elle constate la disparition de son mari et prévient la gendarmerie.

Grâce à l’intervention rapide de deux unités, les époux réunis ont poursuivi leur périple.

La conduite sans permis

Les perles : la police

Une dame appelle pour signaler que sa mère vient de partir en voiture avec l’intention de prendre l’autoroute. Problème : la conductrice n’a pas de permis. D’ailleurs, cela fait trente ans qu’elle s’en passe. Le peloton d’autoroute se chargera d’intercepter l’intrépide maman. On est toujours trahi par les siens !

Bienvenue chez les Ch’tis

Les perles : les assurances

« Je circulais sur l’autoroute en direction de Lille quand, soudain, j’ai perdu le nord à la suite d’un tête-à-queue. »

La chienne de l’autoroute

Une fille, un gars :
– Oui, oui, vas-y, traite-moi comme une chienne !
Et il l’abandonna sur l’autoroute…