Un suicide de fou

Dans un hôpital psychiatrique, deux malades discutent de leurs malheurs. L’un d’eux voulant en finir avec la vie part à la cuisine et revient avec une poêle à frire. Le deuxième, stupéfait, lui demande :
– Que veux-tu faire avec cette poêle ?
– Je veux me faire sauter la cervelle !

Une évasion de fous

Deux fous veulent s’évader de l’asile. L’un d’eux dit :
– Si la barrière est trop haute, on passe en dessous, si elle est trop basse, on passe au-dessus.

L’autre va voir, puis revient, l’air désespéré :
– On ne peut pas s’évader, il n’y a pas de barrière !

Le pilote évasif

En montant dans l’avion, un passager s’étonne d’entendre le pilote rire de façon hystérique. Il demande à l’hôtesse.
– Savez-vous pourquoi le pilote rit comme cela ?
– Oh, il est en train de penser à la tête qu’ils feront à l’asile quand ils découvriront son évasion.

De la tension dans la tête

Les perles : la police

Avisés de la présence d’un homme à genoux sous une ligne à haute tension, les gendarmes se rendent sur place et découvrent un homme d’une trentaine d’années qui leur déclare être en communication avec Krishna. L’individu a peur d’être dévoré par des requins. La patrouille l’a placé hors d’atteinte des prédateurs… au repos dans l’asile voisin.

La Joséphine de Napoléon

Le directeur d’un asile de fous passe une petite annonce clans le journal :
« Le monsieur qui a quitté l’asile ce matin au volant de la voiture du directeur et qui se prend pour Napoléon est prié de rentrer d’urgence : Joséphine est malade ! »