Le cadeau de tonton

– Merci, Tonton, pour ton beau cadeau !
– Oh ! Ce n’est pas la peine d’en parler…
– C’est ce que j’ai dit moi aussi, seulement maman pense qu’il faut te remercier quand même.

La sexualité téléphonique

L’autre soir, j’ai essayé le sexe par téléphone… Eh ben ça marche pas : les trous sont trop petits !

Le résultat esthétique

Une femme qui vient déjà de passer une heure dans un salon de beauté à se faire épiler, manucurer, etc. s’adresse à la coiffeuse en train de la permanenter :
– Quand vous en aurez terminé avec moi, vous pensez que mon mari me trouvera plus belle que jamais ?
– Peut-être, répond la fille. Est-ce qu’il boit toujours autant ?

Connais-toi toi-même…

Vous êtes-vous jamais rendu coupable de regarder d’autres personnes du même âge que vous en pensant « Je ne peux tout de même pas paraître aussi vieux ? ».

Vous apprécierez alors cette petite histoire vraie…

Tout en attendant mon premier rendez-vous dans la salle d’attente de mon nouveau dentiste, je tuais le temps en lisant son diplôme affiché au mur. Soudain, je me suis rappelé qu’un garçon grand et beau avec les mêmes noms et prénoms avait été dans ma classe de lycée il y a environ 30 ans.

En le voyant, cependant, j’ai rapidement jeté aux orties une telle pensée. Cet homme aux cheveux gris, avec une tonsure de moine était assurément trop vieux pour avoir jamais fréquenté la même classe que moi…

Après qu’il a eu examiné mes dents, je lui ai toutefois demandé s’il était allé au lycée local. « Oui », a-t-il répondu. « Quand vous avez passé votre bac ? » ai-je alors demandé. Il a répondu : « en 1981, pourquoi ? »

« Mais alors, vous étiez dans ma classe ! » me suis-je exclamée. Il m’a alors regardé de haut en bas et a alors demandé : « Quelle matière est-ce que vous enseigniez ? »

La situation sans espoir

Un couple va se séparer. Se pose le problème de se répartir les trois enfants. À la femme qui vient le consulter, son avocat suggère :
– Pourquoi ne pas attendre encore un an afin d’avoir un quatrième enfant. Le partage serait alors facile, vous en prendriez chacun deux ?
– Hélas, soupire la dame, si je n’avais compté que sur mon mari, je n’aurais déjà pas eu les trois premiers !