Du hasard des assurances-vies

Un agent d’assurances tente de convaincre sa femme de faire assurer son mari sur la vie.
– Avec mon contrat, lui dit-il, si jamais votre époux venait à disparaître, vous toucheriez aussitôt 100.000 euros d’indemnité.
– Non, répond la dame, sans façon. Voyez-vous, je n’ai jamais eu de chance aux loteries.

Rate this post

Un maigre bien précieux

Pour la première fois de sa vie, Marcel l’agriculteur peut partir en vacances. Il s’en fut voir Salomon, son meilleur ami, et lui tient à peu près ce langage :
– Ecoute Salomon, c’est la première fois de ma vie que je peux partir en vacances. Pour les vaches, je les ai confiées à Martin. Mais j’ai encore un truc précieux et j’ai pas confiance dans les banques. Si je te le confie, tu me promets d’y veiller comme la prunelle de tes yeux ?
– Pas de problème Marcel, mais c’est quoi ?
– C’est ce petit coffret. Et il tend à Salomon un petit coffret, de la taille d’une boîte à cigares.
– Tu peux partir tranquille, et passe de bonnes vacances !

Mais le Salomon, en cette période de sa vie, il crève de faim. Au bout d’une semaine, il ouvre le coffret et là, oh surprise ! c’est un Christ en or massif de bonne taille. Salomon se dit que c’est vraiment trop con de mourir de faim à coté d’un Christ en or massif. Il sort son canif, découpe un petit copeau, va le vendre au bijoutier et s’achète à manger pour la semaine.

Au bout d’une semaine, il a toujours aussi faim. N’y tenant plus, il découpe un autre copeau à un autre endroit, va le vendre, et s’achète à manger.

Et le Marcel rentre de vacances. Il file chez le Salomon lui demander son coffret.
– Tu n’as pas perdu mon coffret, Salomon ?
– Non Marcel, le voila. Marcel ouvre le coffret, regarde le christ et dit, mi surpris, mi étonné :
– Il a pas maigri ?
– Ecoute Marcel, tu m’as demandé de le garder, pas de le nourrir.

Rate this post