Le chauffard sans complexes

Un chauffard sans complexes a fait paraître cette annonce dans un journal :
« On recherche témoin d’une collision, le mardi 17 novembre, entre une voiture de sport rouge et un piéton. Bonne récompense si vous avez vu ce stupide piéton traverser étourdiment et se jeter littéralement sous les roues de l’innocent automobiliste.»

L’agression du présentateur

Dans une rue sombre, un homme, tenant à la main un revolver, ordonne à un passant :
– Ton portefeuille, et grouille-toi ! Soudain, les phares d’une voiture éclairent le visage du passant.
– Oh ! S’écrie l’homme au revolver mais je ne me trompe pas. Vous êtes BCBG, le célèbre présentateur du Journal télévisé.
– En effet.
– Je vous prie de m’excuser. Je ne vous avais pas reconnu. Pourriez-vous avoir l’amabilité de me donner un autographe ?
– Mais… avec plaisir. Je suis trop heureux de rencontrer un admirateur.

Le passant tire de sa poche un stylo Montblanc et écrit quelques mots au dos d’une de ses photos.
– Merci beaucoup, dit le malfaiteur. Et, maintenant, ajoute-t-il, aboule ton stylo !

Comment avoir une dédicace

Deux jeunes amateurs de chanson tentent de s’approcher de l’estrade où leur idole est en train de dédicacer son dernier album.
– On ne va jamais arriver à fendre une foule pareille, dit le premier. – Je te jure bien que si, fait le second, en sortant d’un sac un tronc de quêteur. Tu vas voir comment tous ces gens vont s’écarter en nous tournant le dos quand je vais passer parmi eux en leur disant : « Donnez généreusement pour la Croix-Rouge ».

Le mauvais payeur juif

Moché se tourne et se retourne dans son lit, il n’arrive pas a trouver le sommeil.

Au bout d’un moment, Sarah son épouse commence à s’inquiéter et lui demande :
– Mais dis-moi Moché, qu’est-ce qui t’empêche de dormir comme ça, tu emm….. Tout le monde ?
– Eh bah voila, je dois 1500 euros à Lévi et je dois lui rendre demain. – Et alors ? Plaie d’argent n’est pas mortelle !
– Mais j’les ai pas les 1500 euros, j’vais pas pouvoir lui donner.
– Et c’est pour ça que tu dors pas ? Attends…

Sarah se lève alors, va à la fenêtre, l’ouvre et appelle
– LÉVI, LÉVI !

De l’autre côté de la rue, une autre fenêtre s’ouvre et Lévi demande, la tête enfarinée :
– Quoi, Sarah, pourquoi tu m’appelles la nuit ?
– Mon mari il te doit 1500 euros, il les a pas, il pourra pas te les donner demain !

Elle referme la fenêtre, se tourne vers son mari :
– Maintenant, toi tu dors, lui, non.