Américains

Ciel mon soldat !

Un soldat américain, après avoir passé six mois en Irak, a obtenu une permission de quinze jours. Fou de joie, il retrouve à Chicago sa jeune femme qui l’accueille, transportée d’enthousiasme. Après une soirée des plus mouvementées, ils s’endorment, éperdus de bonheur.

Au petit matin, la femme se met à rêver. Dans son sommeil, elle crie :
– Chéri, on frappe, c’est mon mari !

Aussitôt, mû comme par un ressort, le G.I saute du lit, rassemble ses vêtements épars et file se cacher dans un placard.

Le dernier vœu de l’Américain

Victime du mal de mer, un Américain, qui vient de New-York en Europe par bateau, dit à sa femme, entre deux hoquets :
– Je vais mourir… Mon testament est déposé chez le notaire. Je te lègue tout ce que je possède. Mais, par pitié, respecte mon dernier vœu : fais-moi enterrer en Europe. Mort ou vivant, je ne supporterai pas une seconde fois une telle traversée !

Malice divine

Dans une petite localité des États-Unis, le pasteur a fait afficher l’avis suivant sur la porte de l’église : « Ce matin, à 8 h 30, notre honorable frère John Miller, nous a quitté pour le paradis… »

Le soir, une main malicieuse avait ajouté :
« Ici, paradis – STOP – 19 h 00 – STOP – John Miller toujours pas arrivé – STOP – Sommes inquiets – STOP »