Les sardines de Marseille

Un Américain, un Russe et un Marseillais se retrouvent en vacances dans un camping. Ils en viennent à parler de pêche.

L’Américain dit :
– Nous, les Américains, pour pêcher la sardine, on attache un filet derrière un avion et il n’y a plus qu’à le tirer vers la plage pour prendre 200 kg de sardines d’un coup !

Le Russe dit :
– C’est rien ça ! Nous, les Russes, on attache un gros filet derrière un sous-marin et on ramène au bord 2 tonnes de sardines !

Le Marseillais se gratte la tête et pense : ils sont plus forts que nous, les Marseillais, il réfléchit un moment et dit :
– Chez nous, à Marseille, on est encore plus fort que vous. On pêche la sardine avec un aimant !

Les deux autres se mettent à rire et le Marseillais réplique :
– Parfaitement, chez nous, à Marseille, on pêche les sardines avec un aimant parce qu’elles sont déjà en boîte !

Le pétrole de Paris

Deux touristes américains se promènent près de la tour Eiffel :
– Regarde, dit le mari à sa femme. Ces Français ne sont pas très habiles ! Cela fait presque cent ans qu’ils ont édifié ça et ils n’en ont toujours pas fait sortir une seule goutte de pétrole.

Le record de plongée

Deux sous-marins font surface au large des côtes cubaines. L’un est russe et l’autre américain. Les deux capitaines sortent de leur sous-marin respectif et engagent la conversation.

Le russe dit :
– Ah, ça fait du bien de respirer un peu l’air frais après une année en plongée. Nous les russes, nous faisons décidément de bons sous-marins.

L’américain répond :
– Waoooo !!! Ce n’est rien. Nous venons de faire surface alors que cela faisait deux ans que nous étions en plongée !

Et à ce moment-là, un troisième sous-marin fait surface. Son commandant sort sur la passerelle et dit :
– Heil Hitler ! Y-a-t-il un endroit pour refaire le plein par ici ?

L’invention du téléphone

Les perles : à l’école

« Le téléphone a été inventé par un américain qui s’appelait Eddy Son. »

La Vénus de Milo américaine

Un couple d’Américains rentre au pays après un séjour en Europe. Leurs amis les interrogent :
– À Paris, avez-vous vu la Vénus de Milo ?
– Je n’allais pas manquer une célébrité pareille, dit le mari. Je lui ai même serré la main.