Une saison en Alsace

Mon premier est une tranche de saucisson sur un boomerang.
Mon deuxième est une tranche de saucisson sur un boomerang.
Mon troisième est une tranche de saucisson sur un boomerang.
Mon quatrième est une tranche de saucisson sur un boomerang
Mon cinquième est une tranche de saucisson sur un boomerang.
Mon sixième est une tranche de saucisson sur un boomerang.

Mon tout est une jolie saison en Alsace…

REPONSE :
C’est le printemps !

EXPLICATION :
Parce que les six rondelles reviennent…

Le dialogue alsacien

Ce sont deux vieux copains alsaciens retraités qui se rencontrent chaque jour dans un parc. Ils restent assis en silence toute la journée sans rien dire sauf de temps à autre le premier aspire un peu d’air et dit :
– Eh oui…

Et le second réplique :
– Eh oui…

Et c’est tous les jours comme ça. Un matin, le deuxième copain ramène un autre ami à lui avec eux. À trois, ils sont donc assis sur le banc, et le premier de temps en temps dit :
– Eh oui !

Et le second réplique comme d’habitude :
– Eh oui…

Et le troisième (le nouveau) réplique à son tour :
– Eh oui oui…

Le lendemain, le deuxième demande au premier :
– Je peux inviter le copain d’hier avec nous…
– Je préfère pas, non…
– Et pourquoi ?
– Il est trop bavard…

Les vendanges en Alsace de Mamadou

Mamadou, un noir d’Afrique, vient faire les vendanges en Alsace.

Il se présente chez le viticulteur qui lui explique :
– Demain on coupe le Gewurztraminer !

Le lendemain, le viticulteur demande à Mamadou :
– Que fait-on aujourd’hui Mamadou ?

Mamadou répond :
– On coupe la Gewurztraminer.

Le viticulteur :
– On ne dit pas « LA Gewurztraminer » mais « LE Gewurztraminer ».

La journée se passe bien. Le soir, le viticulteur expose à Mamadou :
– Demain on coupe le Riesling !

Le lendemain, il s’inquiète auprès de Mamadou :
– Que fait-on aujourd’hui Mamadou ?
– On coupe la Riesling !
– On ne dit pas « LA Riesling » mais « LE Riesling ».

La journée se passe bien. Le soir, le viticulteur précise à Mamadou :
– Demain on coupe le Pinot Noir.

Le lendemain, Mamadou avait disparu.