Les Suisses et le réfugié Kosovar

Un Kosovar arrive en Suisse. Tout excité, il arrête le premier passant qu’il rencontre :
– Bonjour, monsieur Suisse, merci accueillir moi dans beau pays à vous et…

Son interlocuteur l’interrompt :
– Hé, hé, je ne suis pas suisse, je suis Marocain !

Le Kosovar poursuit donc sa route et apostrophe un autre passant un peu plus loin :
– Ah, merci, monsieur Suisse, vous laisser famille moi rester ici…

À nouveau, il est interrompu avant d’avoir terminé sa phrase :
– Moi pas Suisse, moi Turc !

Le Kosovar continue son chemin et interpelle à nouveau le passant suivant :
– Monsieur le Suisse, moi remercier pour hospitalité vous.
– Mais mon ami, tu ne vois pas que je suis Noir ? Je suis Congolais, pas Suisse.
– Mais, répond le Kosovar dépité, où sont Suisses alors ?

Le Congolais regarde sa montre et répond :
– Oh, eux ils travaillent jusqu’à 17 heures…

Adama

Adama était très content
Il avait quarante-six enfants
C’était la fierté du pays
En France il avait réussi
Il amassait une vraie fortune
Car la CAF allongeait la thune
C’est un vrai travailleur du lit
Qu’on a importé du Mali

Lazzi

« Avec ses quatre femmes et ses 46 enfants, Adama était un homme heureux. Ce quinquagénaire, capable de réciter dans l’ordre les prénoms de sa descendance, régnait sur son pavillon de banlieue. Entre les cinq chambres de la maison, « la vie s’organisait comme elle pouvait », confie-t-il au téléphone. D’abord agent d’entretien, il a cessé de travailler quand le montant des allocations familiales est devenu suffisant pour nourrir son monde. Dans le village du nord du Mali où il a grandi, on parle de sa réussite avec admiration. Il voudrait que ça continue. »
(source : Europe 1 « 1 homme, 4 femmes, 46 enfants »)