L’erreur de l’infidélité

C’est un homme qui appelle sa femme mais c’est sa petite fille qui décroche :
– Allô, c’est papa tu peux me passer maman s’il te plaît ?
– Je ne peux pas elle est dans la chambre avec tonton David.
– Mais voyons ma petite tu n’as jamais eu de tonton David.
– Si c’est maman qui me l’a dit.
– Très bien va dire à maman et tonton David que papa a rentré sa voiture dans le garage.

La petite fille pose le téléphone sur un meuble et va voir sa mère et son oncle et revient en pleurs au téléphone.
– Qu’est-ce qu’il y a ?
– Bah maman qui a sauté du lit, nue, et a couru partout et a glissée sur le tapis et est tombée sur le coin du lit. Je crois qu’elle est morte il y a plein de sang par terre !
– Oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu !!! Et ton oncle David ?
– Il a sauté du lit, a sauté par la fenêtre mais il a oublié que tu avais vidé la piscine la semaine dernière pour la nettoyer et il a sauté dedans et je crois qu’il est mort aussi.

L’homme qui ne se sent pas bien dit :
– Quelle piscine ? Je crois que je me suis trompé de numéro de téléphone !

Célèbre mot de cinq lettres

Ce monsieur bricole pendant que son épouse fait ses mots croisés.
– Voyons… En cinq lettres, mot célèbre prononce par un général d’Empire ? Je ne vois pas.

À ce moment, on entend l’homme qui vient de se taper sur les doigts en plantant un clou :
– Aïe ! Merde !
– Merci, chéri.

Le stress de blonde

Une jeune et belle blonde est en train de raconter ses dernières expériences sexuelles à sa meilleure amie…
– Oh mon Dieu, tu sais que c’était vraiment super avec Kevin, mais après que son préservatif se soit rompu, j’étais vraiment trop nerveuse… Je ne suis pas parvenue à dormir correctement pendant une semaine.
– Qu’est-ce qui est arrivé alors ? s’enquiert la copine.
– Je ne savais pas ce que j’allais faire, continue la blonde, mais finalement, je suis arrivée à extraire le petit morceau avec du fil dentaire.

La douleur de Guillaume Seznec

Les perles : la justice

Guillaume Seznec a toujours nié son crime. Condamné aux travaux forcés à perpétuité en 1924 malgré l’absence de cadavre et d’arme du crime, il passe vingt-trois ans au bagne en Guyane. En 1947, il est gracié pour bonne conduite et libéré. Il continue de crier son innocence. Sa famille aussi. Mais en novembre 1953, après avoir réintégré la communauté des hommes, il est renversé par une voiture en plein Paris. Il mourra trois mois plus tard. Ses derniers mots : « Maman, on m’a fait trop de mal ! »

Le rendez-vous du cycliste

« Chaque cycliste, même débutant, sait qu’à un moment ou un autre de sa vie il aura rendez-vous avec une portière de voiture. »

Paul Fournel