Le vieux ticket de cordonnerie

En mettant de l’ordre dans leurs papiers Marcel et sa femme tombèrent sur un billet d’un magasin de cordonnerie. Ce billet datait de plus de dix ans ! Ils éclatèrent de rire et se demandèrent à qui de lui ou d’elle, pouvaient être ces chaussures et, surtout, ce qu’il en était advenu après plus d’une décennie ! Par curiosité, Marcel se rendit à la boutique, tendit son bon au cordonnier qui partit dans son arrière-boutique et revint avec une paires de chaussures aux talons décollés en disant :
– Revenez jeudi, ce sera prêt …, J’ai été débordé ces derniers temps !

Les trois mouettes et le porte-avions

C’est 3 mouettes qui se laissent porter par le vent, au dessus d’un porte-avions.
– Vous vous rendez compte comme ils ont de la chance ces gros oiseaux ? Ils se posent peinards, une machine leurs replie les ailes, on les rangent à l’abri et on les bichonne… putain le rêve…
– Ben qu’est-ce qui t’empêche d’essayer ?
– Tu crois ? après tout, pourquoi pas ! La mouette prend de l’élan… elle a pas bien l’habitude… elle se pose sur une patte… le filet la retient… pliage des ailes et hop, elle disparaît dans les soutes.
– Putain ça marche… on essaye aussi ?

La seconde mouette fait un tour du porte-avions, s’aligne sur la piste, elle est très émue si bien qu’elle glisse légèrement sur une tache d’huile mais bon… la machine lui plie les ailes et tout et tout.
– C’est mon tour, dit la troisième.

Elle fait un tour du porte-avions, entame la descente… puis remonte.
– Il faut que ça soit PARFAIT… comme les vrais !

Elle refait le tour du porte-avions, re-entame la descente… puis re-remonte.
– J’la sentais pas là… voyons, comment ils faisaient les gros oiseaux ? Ah oui !

Elle refait un troisième tour du porte-avions, pique vers la piste… et là… elle arrive trop vite… impossible de redresser… elle capote et elle prend feu.

Dessin une mouette en plein combat aérien
Les trois mouettes et le porte-avions