La très belle femme dans le grand restaurant

Un homme et une très belle femme dîne dans un grand restaurant.

Le maître d’hôtel a soudain le regard attiré vers leur table car l’homme est en train de se laisser glisser très doucement sous la table, alors que la femme fait comme si de rien n’était. Intrigué, le maître d’hôtel s’avance jusqu’à la table et dit à la dame :
« Je vous prie de m’excuser, mais votre mari vient de glisser sous la table. Est-ce que tout va bien ? »

La femme lui répond :
« Non, mon mari ne vient pas de glisser sous la table… Mon mari vient d’entrer dans le restaurant. »

les 10 commandements du paresseux

1 ) Aime ton lit comme toi-même.

2 ) Ne te lève que pour aller te coucher. 3 ) Si l’envie de travailler te prend, assieds-toi et attend que ca passe.

4 ) Travailler c’est fatigant.

5 ) Fais-en le moins possible et ce que tu dois faire, fais-le faire par un autre.

6 ) Pourquoi faire aujourd’hui ce que tu peux remettre à demain ?

7 ) Entre 2 siestes, repose-toi.

8 ) Lors d’une entrevue pour un emploi, tu diras que la seule chose que sache faire rapidement, c’est de te fatiguer.

9 ) Le sommeil est le meilleur ami de l’homme.

10 ) En ne faisant rien, on évite les erreurs.

L’Ecossais et l’invitation au music-hall

Un Ecossais emmène sa jeune épouse au music-hall :
« Je fais cette folle dépense », lui explique-t-il, « parce qu’il paraît qu’un prestidigitateur se produit ici tous les soirs. Il prend un oeuf et arrive à faire une omelette pour sept personnes. Je te demanderai donc de bien vouloir ouvrir les yeux pour voir comment il procède. »

Bill Clinton et les petites culottes

Clinton est en voyage en Amérique du Sud, et à la descente de l’avion, tout le monde peut s’apercevoir qu’il a une petite culotte féminine attachée à chacun de ses poignets. Un reporter ne manque pas de le remarquer et pose la question au Président :
« Monsieur le Président, pouvez-vous nous donner la signification de ces choses attachées à vos poignets ? »

Clinton répond avec franchise :
« Ce sont mes patchs, j’essaie d’arrêter… »

La plainte pour sodomie

C’est une dame qui va se plaindre au commissariat :
– Monsieur l’inspecteur, je veux porter plainte.
– Ah et pourquoi ? répond l’inspecteur. – Eh bien voilà, c’est mon mari ! Depuis une semaine il veut me sodomiser tous les soirs !
– Oui mais madame vous ne pouvez pas porter plainte contre votre mari !
– Ah et bien ça alors ! On voit que ce n’est pas vous qui subissez ses assauts tous les soirs !
– Mais cela fait partie de votre devoir conjugal ! répond l’inspecteur.
– Quand même, rendez-vous compte, avant j’avais l’anus pas plus large qu’une pièce d’1 centime et maintenant il est comme une pièce de 2 euros !
– Allons, madame vous n’allez quand même pas porter plainte pour 1 euro et 99 centimes …