L’embauche corrompue

Les perles : la justice

Willy Voet, le soigneur de l’équipe Festina, mis en cause pour dopage, préfère tourner autour du pot belge de l’EPO, lors du procès Festina, devant le tribunal correctionnel de Lille : « Chez nous, on ne dit pas corrompre, monsieur le président. On dit qu’on s’est fait embaucher… » Cela fait forcément plus sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.