Le gars qui au zoo file…

C’est l’histoire de ce gars qui s’en va un jour au zoo pour passer le temps.

Alors qu’il reste pensif devant l’enclos du gorille, un coup de vent vient balayer le sol et il se retrouve avec de la poussière dans l’œil. Le gars tire sa paupière inférieure vers le bas pour essayer de déloger le grain de sable… Cependant, au moment où il fait ce geste, dans la cage, le gorille devient fou, s’accroche aux barreaux du dessus, se balance jusqu’à arriver en un instant à portée de bras du gars, et aussitôt, il l’agrippe et le secoue comme un prunier contre les barreaux de la cage. Finalement, il le lâche par terre et le gars tombe, inconscient.

Lorsque le gars retrouve ses esprits, le gardien du zoo est penché au dessus de lui et aussitôt, lui demande ce qui lui est arrivé. Le gars raconte tout depuis le début : le coup de vent, la poussière dans l’oeil, ses manoeuvres pour se débarrasser du grain de sable, et finalement, le gorille qui devient fou.

Alors le gardien du zoo acquiesce en signe de compréhension et lui répond :
– Le geste que vous avez fait, de tirer votre paupière vers le bas comme si vous faisiez « Mon œil », en langage Gorille, ça veut dire « Va te faire enculer » ! C’est la raison de votre agression…

Mais le gars ne se satisfait pas de la réponse du gardien de zoo, et il veut sa revanche. Et après réflexion, il met au point un plan diabolique reposant sur la propension des singes à imiter tout ce que l’on fait devant eux.

Aussi, le lendemain, il passe acheter deux chapeaux en papier et des langues de belle-mère, il prend aussi deux grands couteaux dans sa cuisine et une saucisse dans son Frigidaire, et il revient au zoo.
Il se met la saucisse dans la pantalon, puis il vient se placer devant la cage du gorille, et il balance un des deux chapeaux, une des deux langues de belle-mère, et un des couteaux dans la cage.

Ensuite, il se met le chapeau sur la tête.
… et le gorille l’imite en se mettant le chapeau sur la tête.

Puis il prend la langue de belle-mère et souffle dedans
… et le gorille souffle lui aussi dans la langue de belle-mère.

Enfin, le gars prend son couteau, ouvre sa braguette et sort une partie
de la saucisse et la tranche d’un coup sec !
… et le gorille regarde fixement le couteau, puis il regarde ses parties génitales, puis il lui fait un bras d’honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.