L’agonie de l’avocat

Un avocat est à l’agonie. Jacques V., son associé depuis 40 ans est à son chevet.

Dans son dernier souffle, le mourant se confesse :
– Jacques, je dois te confesser quelque chose. Je couche avec ta femme depuis plus de quinze ans, et je suis le père de « ta » fille Carole. Je dois aussi te confesser que je pique dans la caisse depuis plus de dix ans.
– C’est pas grave, lui répond l’autre. Ne pense plus à tout ça : c’est moi qui ai mis de l’arsenic dans ton martini…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.