La très vieille femme qui connaissait le procureur

Dans une sous-préfecture, le procureur de la République appelle son premier témoin à la barre. Il s’agit d’une très très vieille femme…
– Madame Claire Azil, me connaissez-vous ?
– Oui bien sûr que je vous connais Monsieur Martin : je vous ai connu alors que vous étiez tout bébé. Et franchement, vous m’avez déçu. Vous mentez, vous trompez votre femme, vous manipulez les gens, vous médisez et répandez des fausses rumeurs. Vous vous croyez influent et respecté alors que vous n’êtes qu’un sous-fifre. Ha, oui, ça, on peut dire que je vous connais bien ! L’avocat de la partie civile est estomaqué : la déposition de la vieille Claire Azil vient de le mettre KO debout… Ne sachant plus quoi faire, il pointe du doigt l’avocat de la défense et demande :
– Et l’avocat de la défense, Monsieur Durand, est-ce que vous le connaissez ?

Alors la vieille répond illico :
– Oui bien sûr, lui aussi je le connais depuis qu’il est tout petit. Je faisais la baby-sitter pour ses parents quand il était bébé, et lui aussi m’a beaucoup déçu. Il est fainéant, puritain, bigot même, alcoolique dit-on aussi. Il n’a aucun ami et il est réputé pour rater quasiment tous ses procès !

A ce stade de la déposition, le juge appelle les deux avocats auprès de lui. Il se penche et leur dit à l’oreille :
– Si jamais l’un d’entre vous demande à cette femme si elle me connaît, je le fais mettre en prison illico pour outrage à magistrat !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.