La très mauvaise journée du médecin


C’est la réunion mensuelle de l’équipe soignante de l’hôpital.

A l’ordre du jour, l’accusation d’une infirmière envers un médecin : Celui-ci lui aurait parlé de façon vulgaire et insultante. Le directeur dit au médecin. concerné :
« Ce genre de comportement ne peut avoir cours dans mon hôpital. Avez-vous quelque chose à dire pour votre défense ? »

Le médecin répond qu’il regrette ce qui s’est passé, mais il a des circonstances atténuantes :
« Laissez-moi vous expliquer dans quelles circonstances tout ceci s’est passé :

Le matin, mon réveil n’a pas sonné. Quand j’ai vu l’heure qu’il était, j’ai sauté du lit, attrapé mon pied dans le tapis, et je suis tombé la tête la première sur la table de nuit en cassant du même coup la lampe de chevet.

Ensuite, pendant que je me rasais, la sonnette de la porte d’entrée a retenti, du coup, je me suis coupé. C’était un jeune homme qui vendait des encyclopédies. Et je n’ai pas pu le mettre dehors avant d’avoir acheté les volumes A à G.

Quand j’ai voulu reprendre mon petit déjeuner, mon café était froid et mes toasts brûlés.

En allant au garage, j’ai glissé sur une plaque de glace et je me suis déchiré le pantalon et éraflé le genou.

Quand j’ai voulu démarrer la voiture, la batterie était à plat. Ça a pris 45 minutes au réparateur (et 150 euros dans mon porte monnaie) pour me dépanner.

J’aurai du prendre un taxi de toute manière, car en arrivant sur le parking de l’hôpital, le chasse-neige est rentré dans ma voiture. »

Le médecin prend alors une grande respiration et reprend :
« Finalement, j’arrive dans mon bureau et je m’assieds dans mon fauteuil. »

A ce moment là, Madame Waleski l’infirmière arrive et dit :
« Docteur, on vient de livrer 72 thermomètres, Où voulez-vous que je les mette ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.