La porte de la guérite

Un cadre dirigeant, sur la fin de sa carrière, reçoit une nouvelle secrétaire toute jeunette et pimpante (car elle était de Paimpol).

Comme le cadre lui dicte le courrier, un beau matin, la mignonne s’aperçoit que le cher homme a sa brayette ouverte. Elle rougit, ne sachant comment l’informer de sa tenue négligée puis, soudain, elle a une idée.

– Monsieur, dit-elle, la porte de la guérite est ouverte…

Notre cadre, plongé dans la concentration requise par l’importance du courrier auquel il doit répondre, entend la belle enfant, mais ne saisit pas la portée de sa remarque.

Cependant, en fin de matinée, son regard tombe sur le corps du délit, et, tout à coup, la lumière se fait ! Tout gaillard, souriant de sa relative infortune, il appelle sa jeune secrétaire sur l’interphone, et lui dit, finaud :
– Mademoiselle, ce matin, quand vous avez mentionné cette guérite dont la porte était ouverte… N’avez-vous pas également remarqué un beau militaire au garde-à-vous ?
– Non Monsieur, rétorque la belle enfant. Tout ce que j’ai vu, c’est un ancien combattant handicapé assis sur deux vieux sacs à paquetage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.