La philanthropie de l’ouvrier charpentier


Lundi à l’atelier, un jeune apprenti se plaint à son collègue de travail :
– J’en ai marre de ce monde d’individualistes. Personne n’est prêt à lever le petit doigt pour aider son prochain…

– Qu’est-ce qui te fait dire ça ? demande l’autre

– Regarde, ce week-end, mon beau-frère est venu manger à la maison. Comme je dois réparer mon Peugeot, je lui demande : « Tu pourrais pas me prêter 100 euros pour que je puisse réparer mon scooter ? ». Eh bien, tu me croiras si tu veux, ce pourri me les a refusés !

Et le collègue :
– Je te préviens tout de suite : moi aussi je suis un pourri !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.