La complexité des vacances

De retour de Grèce, un type raconte ses vacances à son collègue :
– C’était super… Le Parthénon, les îles, l’Acropole…
– Et alors, avec les Hellènes, ça a marché ?
– Heu… non, j’en ai pas vus !

En rentrant chez lui, il regarde dans le dictionnaire à « Hellènes » et se dit : flûte ! Je suis trop bête… ce sont les Grecques. Forcément que j’en ai vus !

L’année suivante, notre bonhomme part en vacances en Suisse. A son retour au bureau il raconte à son ami :
– Ah ! la Suisse. Les montagnes, les chocolats…
– Et alors, avec les Helvètes, ça a marché ?
– Heu… non, j’en ai pas vus !

Le soir, il consulte le dico et soupire : je suis aussi bête que l’an dernier, ce sont les Suisses et je n’ai vu que ça !

Les vacances suivantes, il part pour l’Égypte. A peine revenu au bureau, son copain lui demande :
– Alors, l’Égypte et les pyramides ?
– Pfff… les pyramides, toutes des garces !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.