La Cage aux Folles à l’église


Renato, le patron de la Cage aux Folles, assiste aux obsèques d’une connaissance.

Renato est accompagné de sa dernière conquête, un jeune mannequin très « Tata » mais avec un cerveau gros comme un pois chiche.

Voyant Monsieur le curé qui traverse l’allée centrale avec son ostensoir, le jeune éphèbe pouffe de rire, donne un coup de coude à Renato et lui dit à l’oreille :
– On va rire ! Regarde ! Y a le feu dans son sac à main !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.