L’arnaque aux bijoux

Un homme arrive chez Cartier, Place Vendôme à Paris, en compagnie d’une jeune femme splendide, et ensemble, ils choisissent un bijou de 50.000 euros pour elle.

Au moment de payer, l’homme sort son carnet de chèques et, sans sourciller, le rédige. Le vendeur, lui, est un peu ennuyé car c’est la première fois qu’il voit ce couple à la bijouterie. L’homme s’aperçoit du malaise du vendeur et, avec beaucoup d’aplomb, lui dit :
– J’ai le sentiment, très cher, que vous pensez que ce chèque est peut-être sans provision, n’est-ce pas ?
– Heu… Et bien…
– Bien ! Voici ce que nous allons faire : vu qu’aujourd’hui c’est samedi et que ma banque est fermée, je vous propose que vous gardiez ce chèque ainsi que le bijou. Dès lundi, procédez à son encaissement et lorsque le paiement sera honoré, faites livrer le bijou chez Mademoiselle. D’accord ?

Le vendeur, rassuré, donne son aval à cette solution sans l’ombre d’une hésitation, assurant même, que la bijouterie prendrait à sa charge la livraison du bijou et qu’il s’assurerait en personne du bon déroulement de l’opération.

Le lundi matin, à la présentation du chèque à la banque, celui-ci est bien évidemment en bois !

En colère, le vendeur appelle le client qui lui répond :
– Mais ce n’est pas grave ! Cela ne vous a rien coûté et moi j’ai baisé tout le week-end ! Merci beaucoup pour votre collaboration et sans rancune !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.