Dans les tranchées de la Rue d’Aboukir

Juin 1916. Dans les tranchées de Verdun, les soldats français subissent un pilonnage intensif de l’artillerie allemande. Soudain, un obus de 75 mm tombe à quelques mètres du jeune Abraham et le pauvre garçon se retrouve salement blessé.
– Je vais crever… Achève-moi ! Demande-t-il à son compagnon.
– Je ne peux pas… je n’ai plus de munitions !

Et Abraham dans son dernier souffle :
– Je peux t’en vendre si tu veux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.