Comment éteindre un puit de pétrole en feu

Ca se passe après la fin de la guerre du Golfe. Les koweïtiens sont assez désemparés devant leurs puits de pétrole en feu : La nuit comme le jour, les flammes de l’or noir font rougeoyer le ciel. On suggère alors aux Koweïtiens de faire appel à « Red Ader » l’irlandais. Les koweïtiens le contactent, mais celui-ci leur répond qu’il est pris pour 6 mois sur un puits en mer du nord. Pour faire patienter les koweïtiens, il leur conseille de contacter son cousin Paddy.

Lorsque les koweïtiens joignent Paddy Ader, celui-ci leur répond :
« Pas de problème ! Je suis chez vous dans dix heures. Mon prix pour chaque puits éteint sera de 10 000 £ pour moi et mes trois hommes. »
Les koweïtiens sont d’accord, naturellement.

Sur place, les Koweïtiens attendent l’arrivée de Paddy Ader et de son équipe devant un puits en feu. Tout à coup, ils voient arriver un 4X4 pick up, avec quatre rouquins à l’intérieur. Ils descendent d’une dune de sable à pleine vitesse et se dirigent tout droit sur le puits en feu… Les koweïtiens crient au chauffeur d’arrêter, mais celui-ci n’entend pas. Finalement, le chauffeur arrive à dévier la route du pick-up et les quatre rouquins sautent en marche juste devant le puits de pétrole, et aussitôt commencent à battre le feu avec leurs vestes en jean.

Les koweïtiens regardent la scène avec amusement, mais au bout de 2 jours de lutte, le puits est éteint.
Alors les quatre rouquins exténués marchent à la rencontre des koweïtiens et un des quatre dit :
« Pffft… C’était dur ! »

Ensuite le chef koweïtiens fait son chèque à Paddy Ader, et tout en écrivant il lui demande :
« Et qu’allez-vous faire avec cet argent ? »

Paddy répond :
« Ben, la première chose que je vais faire, c’est d’acheter des nouveaux freins pour le 4X4 !»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.