Les alcools féminins

Une étude réalisée auprès d’un échantillon représentatif de barmen vient d’être publiée dans la très célèbre revue scientifique « Nature ». Le but de cette enquête était de déterminer la personnalité de la clientèle féminine des débits de boissons en fonction de ses consommations.

Les résultats de cette étude très sérieuse sont ici résumés :

Boisson choisie : Bière.
Personnalité : Sans-façon, peu difficile, terre à terre.
Votre approche : Lancez-lui un défi au billard.

Boisson choisie : Cocktails.
Personnalité : Excentrique, chiante, emmerdeuse.
Votre approche : Évitez-la, à moins que vous ne désiriez devenir son garçon de cabine.

Boisson choisie : Boit un peu de tout, Whisky, Martini, etc.
Personnalité : À de la bouteille et un goût sélectif ; sait ce qu’elle veut.
Votre approche : Vous n’aurez pas à l’approcher ; elle vous paiera un verre.

Boisson choisie : Vin (à l’exception du Gros Plant).
Personnalité : Conservatrice, chic, et sophistiquée.
Votre approche : Dites-lui que vous auriez vraiment souhaité voir Balladur président de la République.

Boisson choisie : Gros Plant
Personnalité : Fille facile ; Pense avoir de la classe et être sophistiquée, mais est loin d’être comme ça.
Votre approche : Faites là se sentir plus intelligente qu’elle n’est…

Boisson choisie : Boisson forte
Personnalité : Toujours fourrée avec ses copains étudiants et bringueurs en attendant de se prendre une cuite et de se faire fourrer.
Votre approche : Coup facile en perspective. Rien de spécial à faire sinon attendre.

Boire au travail

Pourquoi faut-il boire de l’alcool au travail ?

– Ça augmente le taux de satisfaction au travail car même si vous n’aimez pas le job, vous vous en foutez.
– Ça élimine les vacances, car les mecs aiment mieux venir prendre leur bière au travail.
– La nourriture de la cafétéria paraît meilleure.
– Les boss qui boivent seront plus généreux lors des augmentations de salaire.
– Les négociations salariales sont beaucoup plus faciles.
– Roter pendant une réunion n’est plus remarqué.
– Les employés travaillent plus longtemps, car ils n’ont plus envie d’aller au bar après le travail.
– Ça élimine le fait que les employés se soûlent pendant leur pause repas.
– Ça augmente les chances de voir votre boss nu(e).
– Les employés n’auront plus besoin de café pour se dessoûler.
– S’asseoir les fesses nues sur la photocopieuse ne sera plus interdit.
– Marmonner et se répéter sans cesse deviendra langage courant…
– C’est un incitatif merveilleux.
– Cela réduit le stress et l’angoisse.
– Ça encourage de meilleures communications.
– Ça réduit les critiques envers les bas salaires
– Ça permet aux employés de dire ce qu’ils pensent des boss, et non ce que les boss veulent entendre.
– Ça réduit les coûts de chauffage en hiver.
– Ça encourage le co-voiturage.

La genèse revisitée

Au commencement, Dieu créa le ciel et la Terre. Et la Terre était sans forme, et vide, et l’obscurité était partout.
Alors le diable dit : « On pourrait pas faire mieux ? »

Et Dieu dit : « Que la lumière soit ! », et la lumière fut.
Et Dieu dit : « Que la Terre engendre de l’herbe, l’herbe, des graines, et des arbres fruitiers, des fruits. »
Et Dieu vit que cela était bon.
Alors le Diable dit : « C’est foutu pour le voisinage. »

Et Dieu dit : « Faisons l’Homme à notre image, d’après notre semblance, et qu’il ait le pouvoir sur les poissons de la mer, les oiseaux dans les airs, et sur les troupeaux, et partout sur la Terre, et sur n’importe quelle bestiole rampante qui vit sur la Terre. »
Alors Dieu créa l’homme à son image, l’Homme et aussi la Femme.

Et Dieu regarda l’Homme et la Femme, et vit qu’ils étaient sains et bien portants.
Alors, le Diable dit : « Je sais ce que je vais pouvoir faire… »

Et Dieu peupla la Terre de brocolis, de choux-fleurs et d’épinards, de verts et jaunes légumes de toutes sortes, afin que l’Homme et la Femme vivent longtemps et en bonne santé.

Alors le Diable créa McDonald’s. Et McDonald’s lança le hamburger à 1 euro.
Et le Diable dit à l’Homme : « Vous voulez des frites avec ça ? »
Et l’Homme lui répondit : « Une maxifrite alors… ».
Et l’Homme prit deux kilos.

Et Dieu créa le saint Yaourt pour que la Femme garde sa silhouette que l’Homme trouvait divine.
Alors le Diable créa le chocolat, et la Femme prit deux kilos.

Et Dieu dit : « Essayez la salade, elle est toute fraîche. »
Alors le Diable créa Burger King, et la Femme prit cinq kilos.

Et Dieu dit : « Je t’ai envoyé des légumes frais, bon pour ton cholestérol, et de l’huile d’olive pour les cuisiner. »
Et le Diable créa les beignets, les gros sans trous avec de la crème dedans.
Et l’Homme prit cinq kilos, et son taux de cholestérol atteint des sommets jamais égalés.

Et Dieu créa les chaussures de jogging, et l’Homme résolut de perdre quelques kilos.
Et le Diable créa la télé câblée et la télécommande, afin que l’Homme ne se fatigue pas à changer les chaînes entre Eurosport et XXL.
Et l’Homme prit encore dix kilos.

Et Dieu dit : « Tu files un mauvais coton, le Diable. »
Alors le Diable enleva la savoureuse peau de la pomme de terre, la coupa en très fines tranches, et passa le tout à la friteuse. Puis il créa les sauces pour tremper les chips dedans.

Et l’Homme attrapa sa télécommande, et mangea les chips avec les sauces.
Alors le Diable vit que cela était bon.
Et l’Homme fit une crise cardiaque.

Alors Dieu soupira et créa le quadruple pontage coronarien.
Alors le Diable annula l’assurance de l’Homme.

Alors Dieu montra à la femme comment retirer la peau du poulet et cuire le nourrissant grain de riz complet.
Alors le Diable créa la bière allégée, que l’Homme puisse s’empoisonner avec de l’alcool, tout en se sentant tranquille puisqu’il devait boire deux fois plus de cette boisson insipide pour se sentir aussi joyeux.
Et l’Homme prit encore cinq kilos.

Et Dieu créa la pâte de soja.
Et la Femme alla loin dans le pays du chocolat Milka, et à son retour, demanda à l’Homme : « Est-ce tu me trouves grosse ? »
Et le Diable dit : « Il faut toujours dire la vérité. »
Et l’Homme le fit.

Alors la Femme s’en alla loin de la présence de l’Homme et résida au pays de l’avocat spécialisé dans les divorces, à l’Est du conseiller conjugal.

Le Québécois

Le Québécois ne te trompe pas : Y tfourre

Le Québécois n’est pas menteur : C’t’un esti dcrosseur

Le Québécois n’est pas un expert : C’t’une tite bolle

Le Québécois n’est pas con : C’t’un épais

Le Québécois n’est pas fatigué : yé vedge

Le Québécois ne s’en fout pas : Y s’en colisssssse

Le Québécois ne blasphème pas : i sacre en esti

le Québécois ne s’assoit pas : i stire une bûche

Le Québécois ne s’enivre pas : Y prend une ostie brosse

Le Québécois ne s’étend pas : Y s’écrase

Le Québécois ne se sert pas d’un ordinateur : Y gosse dessus

le Québécois n’embrasse pas : Y french

Le Québécois ne complimente pas son patron : Y dy liche le cul

Le Québécois ne dérange pas : Y fa chier

Le Québécois ne te dit pas non : Y t’envoye chier

Le Québécois ne se goinfre pas : Y mange en sacrament

Le Québécois ne se fâche pas : Y smet en crissss

Le Québécois ne te bat pas : Y t’en calissss une

Le Québécois n’a pas de diarrhée : ya lflu

Le Québécois ne manque pas son coup : Y spette la yeule

Le Québécois ne congédie pas : Y crisssss dewors

Le Québécois n’a pas oublié son déodorant : y sent lswing

Le Québécois n’appelle pas : Y call

Le Québécois ne descend pas de l’auto : Y débarque du char

Le Québécois ne vérifie pas : Y tchecke

Le Québécois ne débraie pas : Y pese sa clutche

Le Québécois ne freine pas : Y colisse les brake ds ltapis

Le Québécois n’a pas d’essuie-glaces, mais des wipers

Le Québécois n’a pas la gueule de bois : C’t’un lendemain dveille

Le Québécois ne déteste rien : Y haït ça

Le Québécois ne te touche pas : Y tripote

Tragique conséquence du Watergate

Un couple passe sa lune de miel à l’hôtel Watergate de Washington.

La mariée est inquiète :
– Si la place est encore truffée de micro ?
– Mais non… Je vais quand même vérifier s’il y a des micros de cachés.

Il regarde derrière les rideaux, derrière les peintures, sous le tapis. Finalement, sous le tapis, il découvre un disque avec quatre vis. Il prend son couteau Suisse, dévisse les vis, enlève la plaque et jette le tout par la fenêtre.

Le lendemain matin, ils rencontrent le directeur de l’hôtel :
– Comment était votre chambre ? Vous êtes satisfaits du service ? Vous n’avez pas eu de bruit ?
– Non, tout y est bien.
– Tant mieux car les gens de la chambre au-dessous de la vôtre ont reçu un lustre sur la tête. Vous n’avez vraiment rien entendu de louche ?