Échangisme belge

Deux belges discutent et l’un dit :
– Dis donc j’aimerais bien essayer l’échangisme avec ta femme et la mienne.
– Oh ben oui une fois, on peut essayer.

Un samedi, ils organisent une soirée. Au bout de deux heures d’échangisme, un des deux belges dit :
– Tu crois qu’elles se font autant chier que nous à côté nos femmes ?

Le chat fonctionnaire

Un gars dans une administration (prenons les Impôts) est complètement envahi de souris dans son bureau. Il fait passer un dératiseur qui après avoir fait le tour de la question lui dit :
– Je vais vous laisser un chat pour quelques temps. Ce sera plus simple.

Le chat est donc laissé pour quelques jours dans le bâtiment, et très vite, on ne voit plus aucune souris. Le fonctionnaire, très content des services du chat demande au dératiseur si il peut l’adopter définitivement. Comme le dératiseur est d’accord, le chat reste dans les locaux.

Quelques mois plus tard, les souris font leur réapparition dans le bâtiment… Le gars refait passer le dératiseur et lui demande ce qui a pu se passer.
Le dératiseur répond :
– C’est le chat… Maintenant qu’il est titularisé…

La Mairie de Paris recrute un Tourneur de Pouces diplômé
Le chat fonctionnaire

On signale une femme

– Monsieur le commissaire, annonce un mari éperdu, je viens vous déclarer la disparition de ma femme. Elle était sortie pour promener le chien et voilà une semaine qu’elle n’est pas rentrée à la maison.
– Pouvez-vous me donner son signalement ?
– Euh.. Elle est rousse. Non, blonde.. Pas très grande… Pas vraiment petite, non plus.. Et elle a les yeux verts. Non, bleus.. Non, verts, verts… Enfin je crois.
– Bien, dit le commissaire en soupirant. Et le chien, il état de quelle race ?
– Briard. Soixante-cinq centimètres au garrot, poil fauve clair, truffe noire, yeux marrons foncés, légère cicatrice sous le menton, numéro de tatouage VRZ 985 …

Le petit train vulgaire en gare

C’est le petit Marcel qui joue au train électrique dans sa chambre :
– Le train entre en gare d’Aix-en-Provence ! Aix-en-Provence, deux minutes d’arrêt. Tous les enculés et les connasses à destination d’Aix-en-Provence descendent du train.

Sa mère, qui prépare l’anchoyade dans la cuisine, bondit en entendant ça et lui crie :
– Marcel, qu’est-ce que c’est que ce langage ? Sois poli ou je ramasse ton train électrique.
– Euh, oui maman, d’accord maman. »

Et il continue a jouer :
– Tchou tchou tchou tchou tchou … Le train entre en gare de Marseille ! Marseille, 5 minutes d’arrêt ! Tous les enculés, les PD et les grognasses a destination de Marseille descendent du train et se magnent le cul !

La mère, furieuse, fait irruption dans la chambre du petit Marcel, lui fiche une paire de gifles, confisque le train et repart à son anchoyade.

Marcel hurle, tape des pieds et pleure à n’en plus finir tant et si bien qu’au bout de 10 minutes, sa mère prend pitié et estimant que la leçon a dû porter ses fruits elle lui rend son train électrique à condition qu’il ne dise plus de grossièretés.

Et le petit train repart :
– Tchou tchou tchou tchou tchou … Le train entre en gare de Nice !
(la mère tend l’oreille)
– Nice, trois minutes d’arrêt, les voyageurs à destination de Nice sont priés de bien vouloir descendre du train.
(la mère, soulagée et heureuse à un sourire de contentement)
– Nous prions les voyageurs de bien vouloir nous excuser du retard du train dû à une poufiasse qui n’a pas arrêté de nous emmerder !

La petite fille qui pleure

Un homme se ballade dans la campagne, profitant du paysage et de la fraîcheur des premiers jours du printemps.

Au cours de sa ballade, son attention est attirée par des appels provenant d’une petite colline, et en avançant dans cette direction, l’homme se rend compte qu’il s’agit d’une petite fille qui semble être toute seule, au bord d’un ravin, et qui pleure.

Ayant peur que la petite fille ne tombe, l’homme se presse pour la rejoindre. Une fois auprès d’elle, il lui demande :
– Qu’est-ce qu’il y a ma petite fille, tu es perdue ?

La petite fille fait « non » de la tête et continue à pleurer.
– As-tu perdu ton chien ?

La petite fille fait « non » à nouveau et pleure de plus belle.

L’homme s’énerve un peu de ne pas être mieux renseigné par la petite fille et il lui demande :
– Est-ce que tu sais où sont tes parents ?

A ce moment, la petite fille hurle de détresse et montre le bas du ravin avec son doigt.

L’homme regarde dans le fond du ravin et voit une voiture calcinée… Alors il se retourne vers la petite fille et dit :
– Oh mon Dieu, on peut dire que ce n’est vraiment pas ton jour de chance !
… et il commence à déboucler sa ceinture…