Les fiançailles de la mamie de Toto

C’est le petit Toto qui demande un jour à sa Mamie :
– Mamie, c’est quoi une fiancée ? – Une fiancée ? Comment dire… Voyons… c’est un peu comme si je t’offrais une bicyclette mais que t’aurais pas le droit de t’en servir tout de suite.
– Ah bon ! Mais je peux quand même jouer avec la sonnette ?

20 octobre 2016 – Le Tour de France sans vélos

« Le Tour de France serait moins dur à faire sans vélo que sans dopage ! » (Coluche). Le voile s’est levé sur les routes empruntées par le peloton du Tour de France en juillet prochain. Cette édition 2017, longue de 3.526 kilomètres, traversera 34 départements et trois pays étrangers. Ça y est, on connaît le parcours du prochain Tour de France !

(caricature Richard Virenque)

Retrouvez toutes les oeuvres de Jerc sur http://www.jerc-tbm.com

Tu veux ou tu tu veux pas ?

C’est l’histoire d’un petit garçon, très admiratif de son grand frère. Il ne peut s’empêcher de l’espionner. Un soir, il voit donc son frère se diriger vers sa voiture. Il se dépêche d’aller se cacher sous la banquette arrière. Le frérot va chercher sa petite amie et part en rase campagne. Au bout d’un moment, celui-ci s’arrête et demande à la fille : Lui : « Tu veux ou tu veux pas ? »
Elle : « Je ne veux pas ! »
Lui : « Bon puisque c’est comme ça, tu descends et tu rentres à pied. »
Et elle rentre à pied.

Le mercredi après-midi suivant, le petit garçon, très inspiré, prend son vélo et va voir sa petite copine. Ils vont, tous les 2 sur le vélo, se promener à la campagne.

Et bout d’un moment, le petit garçon demande :
Lui : « Tu veux ou tu veux pas ? »
Elle : « Ben, je veux bien. »
Lui : « Bon puisque c’est comme ça, je descends et je rentre à pied ! »

La convocation de l’inspecteur des impôts

Le chauffeur demande respectueusement :
– A quelle heure dois-je prendre Monsieur, avec la Rolls, demain matin ? – Je n’en aurai pas besoin, exceptionnellement. En revanche, essayez donc de me trouver un vieux vélo un peu rouillé. J’aimerais l’utiliser pour répondre à la convocation de mon inspecteur des impôts.

Les curés de campagne à vélo

Deux curés de campagne à bicyclette faisaient la tournée de leurs ouailles. Le premier était sorti major de sa promotion du grand séminaire, tandis que le deuxième ayant triplé ses trois années, ne devait son ordination qu’à la bourse rebondie de sa tante Adèle, qui avait beaucoup à se faire pardonner. Or donc voici nos compères sur la route, pédalant de concert en égrenant leur chapelet. Il advint que le chemin délaissant la plaine, montait de plus en plus fort vers le paradis, à l’assaut d’un col de première catégorie.

Notre curé intello sentit bien vite une extrême fatigue l’envahir, bientôt transformée en de multiples crampes, qui lui auraient arraché des gémissements de douleur à chaque coup de pédale, s’il ne se donnait un peu de coeur à l’ouvrage :
– Plus près de toi, mon Dieu…

Au même moment, le deuxième curé s’envolait sur sa bicyclette, ne ressentant ni fatigue, ni douleur d’aucune sorte. Il montait, montait, montait…

Moralité : c’est l’abbé bête qui monte, qui monte, qui monte.

Le terrible accident

Polo va à l’hôpital voir son copain Julien, plein de bandages. Polo lui demande :
– Que t’est-il arrivé ?

Julien répond :
– J’ai été renversé par un vélo !
– Pas possible ! Comment as-tu fait ? – Ce n’est pas tout ! J’ai été écrasé par une moto, puis par une décapotable, ensuite par un avion, et pour finir, par une soucoupe volante !
– Je ne te crois pas !
– Je t’assure ! Mais heureusement, après la soucoupe volante, le patron du manège a coupé le courant !