La belle pièce de De Gaulle

De Gaulle et Pompidou (à l’époque président et premier ministre) assistent ensemble à la première d’une pièce de théâtre. A l’entracte ils se rendent ensemble aux urinoirs. Alors qu’ils se soulagent, Pompidou dit :
« Belle pièce, mon général ! »

Et De Gaulle :
« Regardez devant vous, Pompidou ! »

Le sexe de Dakar

C’est à Dakar que ça se passe, sur une plage de nudiste. Deux minettes européennes se bronzent à poil sur la plage et un éphèbe noir se baigne sous leurs regards hagards. Elles n’attendent qu’une chose ; que le beau mâle sorte, histoire de voir si la légende qui veut que les noirs sont bien membrés est fondée. Alors le noir finit par sortir. Il a de l’eau jusqu’à la taille. Les deux filles matent à s’en arracher les yeux. Au fur et à mesure que le noir sort de l’eau, son sexe apparaît. Il a de l’eau jusqu’à mi-cuisse et on ne voit toujours pas l’extrémité du rouleau à pâtisserie. Les filles sont béates d’admiration. Quand le noir a de l’eau jusqu’au genoux et que l’extrémité de sa colonne n’apparaît toujours pas, les minettes ont une pensée émue pour sa pauvre compagne. Et quand il de l’eau jusqu’aux chevilles sans que le gland ait paru, là, elles sont carrément hilares.

Remarquant cela, le bel éphèbe leur lance :
« Hé ben quoi, c’est normal qu’elle soit toute petite avec cette eau froide… »

L’enfant au violon

– Et maintenant, annonce la maîtresse de maison à ses invités, notre fils de quatre ans va vous interpréter, au violon, le Concerto de l’Empereur de Beethoven. Naturellement, pour que cela prenne toute sa valeur, il vous faut imaginer notre petit génie accompagné par quatre-vingts musiciens.

La démesure américaine

Un couple de Texans, enrichis par le commerce du pétrole, vient d’acheter, en Ecosse, un château du XVème siècle.
– Bon, dit le mari, on va le faire démolir, pierre par pierre, pour le reconstruire dans notre propriété de Dallas. – Ce qui me plaît surtout, enchaîne la femme, c’est la salle à manger, avec cette table de chêne longue de vingt-cinq mètres.
– A propos, fait le mari, il faudra que je pense à nous acheter deux talkies-walkies.
– Pourquoi deux talkies-walkies ?
– Eh bien, ça nous sera bien utile, quand nous serons assis, chacun à un bout de cette table, et que l’un de nous deux voudra demander à l’autre de lui passer le sel.

Les deux amis et la vie parfaite

Moché et David se rencontrent après 15 ans. Ils se voient, ils se sautent dans les bras : « Oh mon frère, comment ça va ? » (avec l’accent donc) etc.. etc…

Alors, David demande à Moché :
– Ca va la vie alors frère ?

Et l’autre répond : – Oh la la, j’ai une vie parfaite, j’ai une entreprise de 5000 salariés, je suis patron de 3 boites, je suis côté en bourse, le fric, je roule dessus, j’ai deux yachts, une maison à Deauville, une à St Trop’ et une à New-York, j’ai trois voitures, toutes avec chauffeur, … et ma femme, c’est un top model, super gentille, super intelligente et très attentionnée, très douce, j’ai trois gosses adorables, tous brillants (médecin, avocat et ingénieur), j’ai une vie formidable, j’ai plein d’amis, enfin, tout le monde m’aime. Une vie vraiment formidable… Et toi ?
– Moi ? J’t’emmerde !!