Le maître d’hôtel et sa ravissante patronne

James travaille comme maître d’hôtel chez un couple fortuné. La femme, ravissante, est beaucoup plus jeune que son mari. Un soir, ils annoncent à leur valet qu’ils rentreront très tard, mais l’épouse revient beaucoup plus tôt que prévu. :
« James, dit-elle, venez dans ma chambre. » Il la suit. Elle ferme la porte :
« Enlevez ma robe », ordonne-t-elle. Il obéit.
« Mes bas, maintenant. » Il les ôte.
« Et mes dessous ! » Il s’exécute.

« Bon, James, » fait-elle en le regardant dans les yeux, « que je ne vous reprenne plus à porter mes vêtements ! »

Les fellations de l’avocat golfeur

C’est l’histoire d’un avocat passionné de golf. Ce gars était tellement intoxiqué par ce jeu qu’il allait golfer TOUS LES JOURS systématiquement.

Un beau matin, sur le parcours, il rencontre une superbe fille grande, belle, sexy. Il lui demande si elle veut bien finir le parcours avec lui.

La jeune femme accepte. Il s’avère qu’elle joue très très bien au golf. Ensuite, l’avocat invite la jeune femme à prendre un verre chez lui, puis à rester manger, ce que la jeune femme accepte. Avant de rentrer chez elle, la jeune femme lui fait même une pipe d’enfer, façon ventouse, un plaisir tel que l’avocat n’avait jamais eu avec aucune femme.

L’avocat aurait bien voulu garder la fille pour la nuit, mais pas question… Cependant, la fille accepte de rencontrer à nouveau l’avocat le lendemain pour la partie de golf quotidienne.

Ils se retrouvent donc à nouveau en fin d’après-midi, font leur golf ensemble, puis le soir, l’avocat prépare à nouveau un repas savoureux, et la fille le remercie par sa méga turlutte.

Ça dure comme ça plusieurs semaines golf-repas-turlutte, jusqu’à ce que l’avocat n’y tienne plus et lui dise :
– Ecoute, ce n’est pas que je n’aime pas les pompiers, surtout les tiens, mais franchement, je pense qu’on se connaît suffisamment maintenant pour faire l’amour au sens biblique !

Alors la fille lui répond :
– On ne peut pas !
– Et pourquoi donc ?
– Parce que je suis un travesti, avoue la fille…
– QUOI ?! ESPECE DE GARCE… ALORS COMME ÇA, ÇA FAIT TROIS SEMAINES QUE TU JOUES DANS LA CATÉGORIE DAMES !

Le mexicain au Bois de Boulogne

C’est l’histoire d’un mexicain qui se rend au Bois du Boulogne pour passer du bon temps. Là, il rencontre une charmante créature qui lui plaît. Il l’aborde et lui demande ses tarifs. Ce que le mexicain ne sais pas, c’est qu’il a affaire à un travesti. Ce travesti ne voulant dévoiler ce détail lui annonce donc son tarif : « 200 euros par devant, 50 euros par derrière. »
Le choix est très vite fait : ce sera par derrière.

Il se rendent donc dans un hôtel, et très rapidement, ils se retrouvent dans un lit et passent aux choses sérieuses.

Au moment le plus animé de la soirée, les mains du mexicain descendent peu à peu vers l’avant de sa compagne. C’est alors il croit sentir un objet qui lui est familier.

Il s’exclame alors : « Caramba, ça a traversé. »

La bagarre au Bois de Boulogne

C’est un monsieur qui rentre chez lui en passant par le bois de Boulogne, son chemin habituel. Et qu’est-ce qu’il voit ? Une espèce de manifestations, une manifestations organisée par des prostituées qui poursuivent des travestis en gueulant : – Gare à vos gueules ! Vous n’avez pas intérêt à revenir tapiner chez nous, parce qu’ici c’est notre territoire !

Et la manifestation dégénère bientôt en bataille rangée. Le mec regarde ça consterné et se demande ce qu’il doit faire quand, tout à coup, qu’est-ce qu’il voit ? Un CRS en faction à un carrefour. Vite, il va le trouver et lui dit :
– Eh ! M’sieur l’agent ! M’sieur l’agent ! Il y a les pédés qui se battent avec les putes au coin du bois.

Et le CRS de lui répondre :
– Oh mon Dieu ! Pourvu qu’on gagne !

Le hippie et la nonne

Un hippie monte dans un bus et va s’asseoir à côté d’une religieuse sur le siège situé juste derrière le chauffeur. Le hippie la regarde et lui demande si elle aimerait faire l’amour avec lui. La nonne est surprise (forcément), décline l’offre poliment et descend dès le premier arrêt.Quand le bus redémarre, le chauffeur du bus se tourne vers le hippie et lui dit :
« Si tu veux, je sais comment tu dois t’y prendre pour que cette nonne consente à faire l’amour avec toi. »

Le hippie ne demande pas mieux. Alors le chauffeur lui explique que tous les mardis soirs, la nonne va au cimetière pour prier pour le repos de l’âme des défunts et il ajoute :
« Tu n’as qu’à t’y rendre vêtu d’une toge blanche, avec tes longs cheveux, tu pourras te faire passer pour Dieu et lui commander de faire l’amour avec toi. »

Le mardi soir arrive, le hippie déguisé attend la religieuse dans le cimetière. Comme prévu, elle arrive. Alors le hippie s’approche d’elle sans se faire voir et dans la demi-obscurité lui dit :
« Je suis Dieu, j’ai entendu tes prières et je les exaucerait, mais d’abord il faudra que tu fasses l’amour avec moi. »

La religieuse est embêtée car elle veut garder sa virginité. Alors elle propose à Dieu qu’il la prenne par derrière. Le hippie est d’accord et va tout de suite s’affairer sur la nonne. Une fois son affaire faite, le hippie dit à la religieuse :
« Hé hé, je ne suis pas Dieu, je suis le gars qui s’est assis à côté de vous dans le bus ! »

Et la nonne répond en enlevant son costume :
« Hé hé, et moi je suis le chauffeur du bus ! »

Le prix de la pute de Las Vegas

C’est un mec que est à Las Vegas et qui gagne $500. Pour fêter ça, il s’offre les services d’une pute et lui demande une pipe. Elle lui répond « ça fait $250 ». Le mec est surpris par un tel prix, et le pute lui dit : « Tu vois cette Porsche, je l’ai payée cash car je fais les meilleures pipes de la ville ».
Le gars paie et n’est pas déçu.

Le lendemain, il gagne $1000 et rappelle la pute.
– Ce coup ci, je voudrais te sodomiser.
– OK. C’est $500 !
– Quoi ? Tant que ça ?
– Tu vois cette superbe suite en haut de l’immeuble ? Je l’ai payée cash car j’ai le plus beau cul de la ville.
Le gars paie et n’est pas déçu.

Le surlendemain, le mec gagne encore plein de fric et rappelle la pute.
– Ce coup-ci, j’aimerai juste te baiser normalement, dans ta chatte.
– Tu vois ce supermarché ?
– Attends ! Ne me dits pas que tu possède ce supermarché ?
– Non. Mais c’est sûr que je le posséderai si j’avais une chatte.