La première envie de meurtre

Le président d’une cour d’assises interroge un homme, accusé d’une série de crimes.
– A quand faites-vous remonter votre première envie de meurtre ?
– A l’époque où j’avais une douzaine d’années et où j’ai surpris ma mère en train de faire l’amour avec un mec méprisable et sans scrupules.
– Vous auriez dû en parler à votre père.
– Je ne pouvais pas.
– Pourquoi ?
– C’était mon père.

L’obsession de Kévin

Pendant plusieurs années au lycée, Kévin a été le petit ami de Laetitia. Cependant, ils ne sont jamais passés à l’acte, Laetitia ayant toujours un argument du genre :
– On ne fera pas l’amour ensemble avant d’être mariés.

Et comme Kévin est un amoureux transi, Kévin a su attendre, attendre et attendre encore… Finalement, le mariage arrive par un beau jour de printemps et Kévin ne pense qu’à une seule chose devant Monsieur le Maire, devant Monsieur le Curé, pendant le repas… Cette chose qu’il attend depuis le lycée, il va l’avoir enfin ce soir !

Au cours de la soirée, les deux mariés faussent compagnie à tous leurs invités et gagnent leur chambre. Lorsque la jeune épouse sort de la salle de bain, elle dit à son mari d’un air triste :
– Chéri, j’ai une mauvaise nouvelle. J’ai mes règles, et je ne veux pas que notre première fois se fasse dans ces conditions !
– QUOI ??? J’espère que tu plaisantes !!!
– Voyons chéri. Ce n’est pas si grave que ça. Tu n’as qu’à attendre quelques jours de plus. Tu as déjà attendu plusieurs années, quelques jours de plus ne seront pas catastrophiques.

Là dessus, la mariée se couche et s’endort. Vers cinq heures du matin, elle se réveille pour boire un peu d’eau. Lorsqu’elle revient de la salle de bain, elle voit Kévin qui regarde le plafond fixement, les yeux grands ouverts.
– Mais enfin Kévin, ça ne sert à rien de rester éveillé, tu le sais bien, tu ferais bien mieux de dormir.
– Je voudrais bien, mais je bande tellement que je n’ai plus assez de peau pour fermer les yeux…

Le vieillard excité

Surpris par l’orage, un représentant de commerce a trouvé refuge dans une ferme. Le paysan et sa femme lui offrent à dîner et lui proposent :
– Si vous voulez passer la nuit ici, vous n’aurez qu’à coucher dans le même lit que le grand-père. Ça ne vous ennuie pas ?
– Pas du tout, approuve le représentant. Il gagne donc le lit du grand-père et s’endort tranquillement. Mais, au petit matin, il est réveillé par le vieillard qui hurle :
– Une femme ! Je veux une femme !
– Ecoutez, mon ami, dit le représentant, c’est impossible et cela pour trois bonnes raisons : d’abord, il est trop tôt; ensuite les filles du village ont autre chose à faire que de vous tenir compagnie ; et, enfin, ce que vous tenez dans la main, en ce moment, et qui vous excite tellement… c’est à moi.

La sexualité automobile et le mal de dos

C’est un papi de 70 ans qui s’assied dans le cabinet de consultation d’un chirurgien spécialiste du rachis. Il lui dit :
– Vous savez, docteur, j’ai fait l’amour dans les voitures les plus luxueuses et les plus sportives. Ça doit bien faire un millier de voitures différentes ! Le docteur lui répond :
– Hmmm, et maintenant, je suppose que l’arthrose consécutive à toutes ces séances de jambe-en-l’air vous fait atrocement souffrir ?

Le vieux :
– Mon Dieu, non ! Je vous disais ça seulement parce que j’avais dans l’idée de vous emprunter votre Lamborghini…

Qui couche avec moi ce soir ?

C’est une mamie qui rentre en coup de vent dans le salon de jeux de la maison de retraite. Elle tient en l’air une main fermée et annonce à la cantonade :
– Celui qui devine ce que je tiens dans la main peut venir coucher avec moi ce soir ! A ce moment là, il y a un vieux beau dans le fond de la salle qui crie :
– Un éléphant ?

La mamie réfléchit un peu et répond :
– Ca ira…