Le pasteur au Paradis

Un pasteur va voir Saint Pierre au Paradis :
– Voilà, Grand Saint Pierre, je voudrais visiter le Paradis.
– Pas de problème, voilà le dernier modèle de chez Renault.

Deux jours plus tard, il retourne voir Saint Pierre : – J’ai croisé un curé en Ferrari. Moi qui croyait qu’au Paradis, nous étions tous égaux…
– Ecoute, tu as eu une femme sur terre, tu as connu des plaisirs qu’il ignore. Tu peux bien lui laisser cette compensation ?

Le pasteur repart, à moitié convaincu, et revient deux jours plus tard :
– J’ai croisé un rabbin en Rolls Royce. Lui aussi, il a eu une femme, et des enfants. Alors, pourquoi il roule en Rolls Royce et moi en Renault ?
– Chut, il est de la famille du Patron.

La petite fille qui voulait être prostituée

Au petit séminaire, Soeur Marguerite demande à ses élèves quelle profession ils désirent exercer en étant plus grands : La petite Isabelle dit :
« Quand je serai grande, je serai prostituée ! »

Soeur Marguerite ouvre de grands yeux injectés de sang et rugit :
« QU’EST-CE QUE TU VIENS DE DIRE ? »

« Une prostituée… » reprend d’une voix toute tremblante la petite Isabelle.

Soeur Marguerite porte la main à sa poitrine en poussant un gros soupir et elle dit :
« Dieu merci ! J’ai cru que tu avais dit protestante. »

Où va l’argent de la quête ?

Un prêtre catholique, un pasteur protestant et un rabbin juif discutent pour savoir lequel consacre le plus d’argent pour l’adoration de Dieu. – Moi, dit le prêtre, c’est facile. Je trace une ligne par terre et je me place dans son prolongement. Puis je prends tout ce que le denier du culte m’a rapporté et je le lance en l’air. Ce qui retombe à droite de la ligne est pour moi, c’est qui est à gauche sera consacré à Dieu.
– Ma méthode, rétorque le pasteur, est presque semblable à la vôtre. Je me place au centre d’un cercle tracé par terre et j’envoie tout en l’air. Ce qui reste dans le cercle est à moi, en dehors, c’est pour Dieu.
– Vous n’êtes pas très généreux, dit le Rabbin. Incontestablement, je consacre plus d’argent que vous pour adorer Dieu. Moi, j’envoie tout en l’air, ce que Dieu veut, il le prend, ce qui retombe est à moi !

Un bon exemple d’intégrisme religieux

L’autre jour, je me baladais. En passant sur un pont, je vois un gars sur le parapet, prêt à se lancer dans le vide. Immédiatement, je me précipite auprès de lui, et je lui crie d’arrêter, de ne pas sauter. – Et pourquoi ne devrais-je pas sauter ? me dit-il alors.
– Parce qu’il y a bien trop de formidables choses à vivre, et tellement de gens intéressants avec qui vous avez des choses en commun à rencontrer !
– Comme qui par exemple ?
– Eh bien, heu … vous êtes croyant ou athée ?
– Croyant.
– Moi aussi ! Vous êtes chrétien ou juif ?
– Chrétien.
– Moi aussi ! Vous êtes catholique ou protestant ?
– Protestant.
– Moi aussi ! Vous êtes Episcopalien ou Baptiste ?
– Baptiste.
– Waow ! Moi aussi ! Vous êtes Baptiste Eglise de Dieu ou Baptiste Eglise du Seigneur ?
– Baptiste Église de Dieu.
– Super ! Moi aussi ! Vous êtes Baptiste Eglise de Dieu Originelle, ou bien Baptiste Eglise de Dieu Réformée ?
– Baptiste Eglise de Dieu Réformée.
– Moi aussi ! Vous êtes Baptiste Eglise de Dieu Réformée, réforme de 1879, ou Baptiste Eglise de Dieu Réformée, réforme de 1915 ?
– Baptiste Eglise de Dieu Réformée, réforme de 1915 !

Alors c’est là que je lui ai dit :
« Crève, espèce d’ordure hérétique ! » et je l’ai poussé dans le vide.

Le curé et le pasteur dans le bar gay

Un curé et un pasteur décide d’aller boire un verre dans un bar après un séminaire ayant pour thème l’oecuménisme. Après s’être installé au bar, le pasteur dit au curé :
– Vous avez remarqué qu’il n’y a pas de femme dans ce bar ? J’ai l’impression que nous sommes tombés dans un bar d’homosexuels ! Et au même moment, un homme s’approche du curé et commence à lui faire des avances. Le curé est abasourdi et ne sait plus quoi faire. Mais heureusement, le pasteur vient à sa rescousse et va dire quelque chose dans l’oreille du gay un peu trop entreprenant. Et rapidement, le gay acquiesce de la tête et s’en va.

Soulagé le curé dit :
– Oh merci. Qu’est-ce que c’était gênant. Mais que lui avez-vous dit ?

Le pasteur répond :
– Je lui ai dit qu’on était en pleine lune de miel.