Une jolie blonde à son bras

Pendant les vacances, Rebecca Cohen, genre bonne copine, dit à sa voisine :
– Je tiens à vous avertir qu’avant-hier, sur la plage, j’ai vu votre mari avec une jolie blonde à son bras ! – Et alors ? Vous ne voudriez tout de même pas qu’à son âge il se promène avec un seau et une pelle !

Les mecs à lunettes

Deux copines sont mollement allongées sur la sable. Entre un coup d’œil sur Voici et un autre sur les mecs qui passent en face, elles papotent tranquillement :
– Dis donc, qu’est-ce que tu penses des mecs à lunettes ? – Heu ??? Tu veux dire… Est-ce qu’ils ont une grosse ???…
– Mais non idiote ! Je veux seulement savoir si tu les trouves plus séduisants que les autres ! Moi, je trouve que les lunettes, ça leur donne un petit air intello qui me plaît bien. Et toi ?
– Ben moi, j’aime pas les lunettes ! Ca fait froid au ventre…

La plage

Sur la plage ils ont laissé
L’empreinte de leurs corps gravés
Trace infime d’un amour
Qui ne veut pas s’effacer Et là où ils furent installés
Tant de choses ont été rêvées
Un bonheur, vivre à deux toujours
Tout ce dont ils avaient envie
Tout ce que refusait leur vie
Tout fut là par eux étalé

Séparés par tout
Ils s’aimèrent pourtant
Si l’on les dit fous
L’on est point amant

Sur la plage ils ont brûlé
D’un même feu, d’un même espoir
L’amour n’a jamais reconnu
Les barrières d’un monde méconnu
Et le sable reconnaissant
D’être juge d’un amour naissant
Se creusa, s’enfonça et prit
La forme de leurs corps incompris
Et quand la mer les accueillit
Il scella leur mémoire, recueilli

Séparés par tout
Ils s’aimèrent pourtant
L’espoir mort par vous
Vit par le néant

Laurent Zimmermann

ATTENTION : Ce texte est une œuvre originale, déposée auprès de la SGDL. Toute reproduction sans accord préalable de l’auteur est strictement interdite.

L’homme qui fume et la femme qui suce

Un homme allongé sur une plage sur la côte ouest des Etats Unis. Il prend un bain de soleil tout en fumant sa cigarette. Une jolie femme passe par là, s’arrête à sa hauteur et lui dit : « Mais vous fumez ! Vous ne vous rendez pas compte que vous vous faites du mal et que vous intoxiquez tout le monde ! »
L’homme lui répond alors :
« Et alors, toi tu suces…?? Non ?! Et bien alors personne n’est parfait ! »