La fortune vient en pigeonnant

– Nous allons faire fortune, dit un homme à ses associés. Voilà, il suffit d’installer, dans la ville, une dizaine d’appareils pour laver automatiquement sa voiture. – Encore faudrait-il que les automobilistes aient l’idée de les utiliser.
– J’y ai pensé. C’est pourquoi, parallèlement, je prévois de créer un élevage d’un millier de pigeons.

Le message du pigeon

Dans les tranchées, lors de la première guerre mondiale, des troupes alliées sont tenues en respect par les allemands, eux-mêmes dans des tranchées, deux cent mètres plus loin.

Le moyen de communication des alliés est un pigeon qui doit leur amener les ordres du commandement par un message porté à la patte. Le pigeon arrive, mais il passe à portée de tir des allemands et PAN, le pigeon reçoit un projectile qui le fait tomber dans le no-man’s-land.

Le capitaine du bataillon anglais demande à un volontaire d’aller chercher le message en retrouvant le pigeon. Le seul à faire un pas en avant est un irlandais, Paddy Mac Millan. Paddy dit :
– Je le ferai pour mon pays !

Le capitaine le félicite, et Paddy sort de la tranchée en courant. Pendant une heure, il subit le feu nourri de l’artillerie allemande, mais finalement, parvient à revenir sain et sauf dans sa tranchée. Le capitaine lui demande :
– Alors Paddy, tu as trouvé le pigeon ?
– Oui mon capitaine.
– Et il y avait un message ?
– Oui mon capitaine.
– Et quel était ce message ?
– Le message, c’était « coo ! coo ! »

Une proposition de la Ligue des contribuables

– Je propose, dit le président de la Ligue des contribuables, d’ériger, dans chaque commune de France, une statue du ministre de l’Economie et des Finances. Elle aurait une triple utilité : donner de l’ombre en été, constituer un abri contre le vent , en hiver. Et, en toute saison, elle permettrait aux pigeons de s’exprimer en notre nom.