Les photos de nus de la nuit de noce

C’est un couple de jeunes mariés. Ils vont passer leur première nuit ensemble et leur excitation est au paroxysme. La jeune fille sort la première de la salle de bains, sentant bon le Nivéa douche au Monoï et vêtue d’une robe de nuit. Le mari, couché sur le lit en l’attendant lui dit :
– Ma chérie, maintenant que nous sommes mariés, tu peux me laisser contempler ton corps ! Alors la jeune femme entrouvre sa robe de chambre et dévoile un corps de déesse…
– Oh chérie, tu es si… C’est trop beau. Ah laisse-moi te photographier !
– Tu veux prendre une photo de moi ? Toute nue ?
– Oui chérie, comme ça je pourrai te porter en permanence contre mon cœur, et je n’aurai qu’à te contempler pour me rappeler cette nuit où tu auras été ma femme pour la première fois.

Alors, charmée par les mots de son mari, la jeune fille se laisse prendre en photo. Le mari passe ensuite dans la salle de bains. Il prend sa douche et en ressort vêtu lui aussi d’une robe de chambre.

La femme, imitant le mari dit :
– Chéri, nous sommes mariés maintenant, laisse donc cette robe de chambre et montre-toi tout nu !

Alors le jeune homme laisse tomber sa robe de chambre et se dévoile dans toute sa nudité…

La femme se pâme :
– Oh là là. Waow dis-donc… Est-ce que tu veux bien que je prenne une photo moi aussi ?

Le gars est flatté et sourit :
– Pourquoi ?
– Pour que je puisse la faire agrandir.

La nymphomane du dimanche

Une créature de rêve confie à un psychanalyste : – Il m’arrive une chose très curieuse. Chaque dimanche, sur le coup de 15 heures, je me sens prise d’un irrésistible besoin de me déshabiller entièrement et de me jeter dans les bras du premier homme que j’aperçois. Evidemment, vous ne recevez pas le dimanche ?
– Heu… non, fait machinalement le médecin..: Excusez-moi : je voulais dire : OH ! SI !

Au restaurant la bite à l’air

C’est l’histoire d’un marchand de bestiaux un peu distrait qui va dîner avec des copains au restaurant de l’abattoir. Après un apéritif copieux, le marchand éprouve le besoin de vider sa vessie. Il se rend dans les toilettes et procède à la miction salvatrice. Ayant terminé, il regagne la table où ses potes l’attendent en rigolant comme des hyènes. Quelques instant plus tard, le serveur amène à tout le monde les frites et les entrecôtes et avant de quitter la table, il passe un petit mot au maquignon qui s’empresse de le lire :

« Monsieur,

J’ai remarqué tout à l’heure que vous êtes allé aux W.C. Malheureusement, dans votre précipitation, vous avez omis de reboutonner votre braguette et je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer votre organe sexuel qui pend désormais à l’extérieur de votre pantalon.

Si vous désirez vous reboutonner sans attirer l’attention, faites-moi un signe et je viendrai faire diversion en apportant à votre table une bonne bouteille de Beaujolais nouveau.

PS : Je vous aime »

La nudité de la nouvelle religieuse

C’est une toute nouvelle et jeune religieuse qui s’en vient faire sa première confession à l’aumônier du couvent. Lorsque le curé l’invite à se libérer de ses fautes, elle avoue :
– Mon père, pardonnez-moi parce que j’ai péché et je continue à pécher… J’ai honte de vous dire ça, mais je ne porte pas de sous-vêtements sous ma tunique. Le curé réprouve un petit rire, puis il lui répond :
– Mais tout ça n’est pas bien grave, ma fille. Vous réciterez simplement cinq Notre Père, cinq Je vous Salue Marie, et vous ferez la roue cinq fois en vous rendant jusqu’à l’autel.

Le pianiste qui joue d’oreille

Un pianiste se présente au directeur d’une boîte de nuit.
– Vous savez, lui dit-il, je joue uniquement d’oreille. – Est-ce que vous ne seriez pas capable de lire une partition ?
– Si. Mais j’ai pris l’habitude de ne pas garder mes yeux fixés sur le piano à mes débuts, alors que je venais d’être engagé dans un cabaret de strip-tease.

Se rafraîchir en Espagne

Un homme et une femme font du trekking sur un petit chemin du Sud de l’Espagne. Ils marchent depuis plusieurs heures sous un soleil écrasant lorsque la femme dit :
– Waow, qu’est-ce qu’il fait chaud !

Le gars lui répond :
– Si tu enlevais ta petite culotte, tu verrais que tu serais bien plus rafraîchie ! La fille lui répond :
– T’es vraiment un obsédé hein ?! Tu ne penses qu’à ça !

Et ils continuent leur marche. Une heure plus tard, la fille se plaint encore de cette chaleur écrasante :
– J’étouffe. Pourvu que l’on trouve rapidement un coin frais avec de l’ombre. Et le gars sans se démonter :
– Ouais, eh bien moi je te dis que si tu enlevais ta petite culotte, tu la sentirais la fraîcheur !

La fille hausse les épaules et ils continuent leur marche. Un peu plus loin, ils passent devant une maison. Une vieille est assise sur les marches de l’escalier, en train de manger une pastèque. Chose étrange, elle a la culotte baissée sur les chevilles…Le gars s’aperçoit de la chose et dit à sa copine de marche :
– Regarde, tu vois ?! Je te l’avais dit que ça rafraîchissait d’enlever sa culotte !

Puis il demande à la vieille :
– Dites-moi madame, n’est-ce pas que vous êtes bien plus fraîche en baissant votre culotte ?
– J’en sais trop rien mon gars, mais en tous cas, comme ça les mouches me laissent tranquille pendant que je mange ma pastèque.