Le harcèlement sexuel dans le métro

Dans le métro, un jour de pointe, un jeune homme serre de trop près une jeune fille. A un moment, la demoiselle met une gifle au jeune homme et lui dit :
– Dites donc ! Restez correct ! Le garçon réplique, en se tenant la joue :
– Mais, mademoiselle, ce n’est pas ce que vous croyez, c’est mon jour de paie et mon patron m’a payé de la main à la main et ce que vous avez senti est un rouleau de pièces de monnaie.

La jeune fille s’excuse puis, au bout de quelques minutes, elle remet une gifle au jeune homme et lui dit :
– Dites donc, vous n’allez quand même pas me faire croire que vous avez été augmenté depuis tout à l’heure ?

19 mai 2015 – Circulation alternée dans le métro !

Jour pair pour ceux qui puent la transpi, jour impair pour ceux qui puent de la gueule. Le métro parisien plus pollué que le périphérique parisien. Plusieurs travaux réalisés par Airparif révèlent une présence de particules fines jusqu’à quatre fois plus forte qu’à l’extérieur. Le métro pollué par l’air extérieur qui s’engouffre dans les stations mais surtout par l’activité ferroviaire elle-même.

(caricature bouche de métro)

Retrouvez toutes les oeuvres de Jerc sur http://www.jerc-tbm.com

Les sans-gênes du métro

– Ça m’horripile déjà dit un adepte des transports en commun, quand, dans un wagon de métro bondé, d’autres voyageurs se penchent, par-dessus mon épaule, pour lire mon journal en même temps que moi. Mais ce qui me fout vraiment en boule, c’est quand l’un d’eux entreprend de découper dedans, avec des ciseaux, un article qui l’intéresse particulièrement.

Manque de chance pour la demande

Un garçon, très timide, se décide à aller demander la main d’une jeune fille. La mère de la demoiselle, renommée pour son mauvais caractère, lui ouvre la porte et l’interroge brutalement : – Qu’est-ce que vous voulez ?
– Je… heu… balbutie le malheureux… mais… il me semble… que je vous ai déjà vue…
– En effet, répond la dame. Tout à l’heure, dans le métro, quand vous plongiez la tête dans votre journal pour ne pas donner votre siège. C’est moi qui étais debout à côté de vous.

Le frôleur du métro

Six heures du soir dans le métro. L’heure de pointe. Dans un wagon plein à craquer, une femme debout s’écrie :
– C’est bientôt fini, espèce de dégoûtant ! Vous n’avez pas honte ! – Oh, oh ! Calmez-vous, ma petite dame, répond l’homme en bleu de travail qui est serré près d’elle. Y a maldonne ! Je suis ouvrier chez Renault et je viens de toucher ma paie. Les billets sont dans mon portefeuille et l’appoint, on me l’a fait avec un rouleau de pièces qui est dans la poche de mon pantalon. Faudrait pas confondre !

La jeune femme se tait. Mais cinq minutes plus tard, elle dit au type :
– Ecoutez, Monsieur, vous n’allez tout de même pas me dire que Renault vous a augmenté entre deux stations ?