La blonde atteinte de blennoragie

Une blonde se rend chez son médecin. Après l’avoir auscultée, et aux vues de diverses analyses, le médecin, ennuyé, lui déclare :
– Ecoutez, je vais être franc : vous souffrez d’une blennorragie.
– Blennorragie ? Qu’est-ce que c’est ?
– Eh bien… Ca vient du grec…
– Ah, le salaud ! J’aurais dû m’en douter…

Tromper, c’est mal…

Lors d’un séminaire pour commerciaux, un des participants « sympathise » avec une call-girl et l’emmène dans sa chambre. Après une étreinte longue et passionnée, l’humeur joyeuse du gars change radicalement et ils tombe en pleurs :
– Je ne peux pas croire ce que j’ai fait : j’ai une femme formidable, une famille merveilleuse, une maison ravissante… Je ne les ai jamais trahis auparavant. Je me sens tellement coupable !
– Oh, courage, il n’y a pas de quoi fouetter un chat, répond la fille. Ce que tu as fait n’est pas si « mal ». Les gens font des choses bien pires tout le temps. Regarde, moi, par exemple, avant qu’on ne fasse quoi que ce soit, je savais que j’étais en pleine crise d’herpès…

Comment éviter le viol !

Lorsqu’il apprit que sa fille de 20 ans avait fait toute seule le trajet Marseille-Paris en stop, ce papa poussa une grosse colère :
– Mais tu es complètement folle ! N’importe qui aurait pu t’agresser et te violer… Tu n’as vraiment rien dans la tête ma pauvre fille !
– Détrompe-toi papa, je ne risquais rien : à chaque fois qu’un homme me faisait monter, je lui disais tout de suite que j’allais à Paris parce que c’était là qu’on faisait les meilleurs traitements pour les M.S.T.

La nymphomane du dimanche

Une créature de rêve confie à un psychanalyste : – Il m’arrive une chose très curieuse. Chaque dimanche, sur le coup de 15 heures, je me sens prise d’un irrésistible besoin de me déshabiller entièrement et de me jeter dans les bras du premier homme que j’aperçois. Evidemment, vous ne recevez pas le dimanche ?
– Heu… non, fait machinalement le médecin..: Excusez-moi : je voulais dire : OH ! SI !