Le braconneur belge

Cela se passe dans une forêt profonde. Léon, qui essaie tant bien que mal de braconner, sans résultat alors qu’il est équipé de tout un matériel hi-tech, rencontre Pierrot qui lui braconne les mains nues avec grand succès. Léon :
– Bah dis donc, une fois, comment fais-tu pour attraper autant de lapins avec rien dans les mains, comme ca ?

Pierrot :
– Eh bien gars, vois-tu, je me mets devant un terrier de lapin et j’imite le cri de la carotte. Si c’est un petit terrier, j’imite le cri de la petite carotte, si c’est un terrier moyen, je fais le cri de la carotte moyenne, et si c’est un gros terrier. le cri de la grosse carotte.

Léon :
– Ah ! Et dis-moi une fois, je pourrai en faire autant et ca marcherai ?

Pierrot :
– Ouais, ouais.

Et le lendemain matin, on lit en première page du journal :
« Un belge écrasé par un train à la sortie d’un tunnel. »

Le voyage de la lapine

Devinette :

Une Lapine part en voyage depuis les Pyrénées vers Paris.

A un croisement, elle rencontre un lapin noir. Pour s’assurer qu’elle ne se trompe pas de route elle lui demande :
– Quelle est la route qui mène à Paris ?
Le lapin noir répond :
– Fais moi « tac tac » et je te le dirais.
C’est ainsi qu’ils font « tac tac » dans un coin. Arrivant a un autre croisement, elle rencontre un lapin roux. Elle lui demande la bonne route. Mais celui-ci répond comme le premier :
– Fais moi « tac tac » et je te montrerai.
Encore une fois, elle consentit a faire « tac tac » avec le lapin roux.

Et il en est ainsi pour trois autres lapins blanc, brun, et gris.

Arrivant à Paris, elle met bas six petits lapereaux : un roux, un noir, un blanc, un gris, un brun, et …

Devinez la couleur du sixième !

(réponse: Pour avoir la couleur du sixième, il faut d’abord faire « tac tac »)

Maître Corbeau et le lapin

Maître Corbeau sur un arbre perché ne faisait rien de toute la journée. Un petit lapin qui passait par là s’adressa à Maître Corbeau en ces mots :
– Croyez-vous que moi aussi je puisse m’asseoir comme vous et ne rien faire de toute la journée ? Maître Corbeau lui répondit aussitôt :
– Mais bien sûr, petit lapin ! Pourquoi ne pourrais-tu pas ?

Le lapin s’assit alors par terre sous l’arbre, et resta là à se reposer. Tout à coup, un renard apparut, se jeta sur le lapin, et le dévora.

Moralité : si vous voulez rester assis à ne rien faire, mieux vaut être très haut placé…

Les lapins du couvent

Dans le couvent des Bénédictines de Sainte-Marie de l’Immaculée Conception, les bonnes sœurs ont une petite basse-cour. Dans cette basse-cour, elles élèvent des lapins, mais le problème, c’est qu’à chaque printemps, les femelles se carapatent dans la nature. Un jour sœur Marie-Madeleine a une idée de génie :
– Et si on leur mettait des clochettes autour du cou ? De cette façon, on pourrait les repérer facilement !
– C’est une bonne idée, lui répond la Mère Supérieure, allez au village à la droguerie et achetez ce qu’il faut.

Sœur Marie-Madeleine prend son vélo et s’en va chez le droguiste. Une demi-heure plus tard, elle revient rouge de confusion et dit à la Mère Supérieure :
– Ma Mère, si vous saviez ce qu’il m’a dit le droguiste…
– Qu’a-t-il dit qui puisse vous mettre dans cet état ?
– Il m’a demandé si « j’avais du poil au cul », ma Mère !

La Mère Supérieure prend alors le vélo et fonce au village pour tirer les choses au clair :
– C’est bien vous qui avez demandé a sœur Marie-Madeleine si « elle avait du poil au cul » ?
– Ben oui…, répond le droguiste, elle m’a bien demandé si j’avais des grelots à la pine !

En quoi se réincarner

A la fin d’un repas bien arrosé, trois copains discutent de la réincarnation.

Le premier dit :
– Moi j’aimerais me réincarner en lapin pour pouvoir baiser tout le temps. Le deuxième continue :
– Moi en chat, pour pouvoir dormir, manger et me faire caresser le reste du temps.

Le troisième enfin dit :
– Eh bien moi, je préfère être réincarné en langoustine parce que même mort on continuera à me sucer la queue !

La folie du lapin bleu

Le médecin chef fait la tournée de son un asile psychiatrique afin de juger de l’état des patients et de déterminer si certains peuvent quitter leur cellule. Arrivé dans la première cellule, il voit un homme en train de faire de la moto sur un lapin bleu.
– Dites, mon brave, que faites-vous donc ?
– Ça se voit, non ! Je fais de la moto !
– Ah bon… Le médecin chef continue son chemin. Arrivé à la cellule suivante, le pensionnaire est également en train de faire de la moto sur un lapin bleu.
– Dites, mon brave, que faites-vous donc ?
– Ça se voit non ! Je fais de la moto !
– Ah bon…

Chaque pensionnaire est en train de faire de la moto avec son lapin bleu. Sauf un, dans la dernière cellule, qui est assis à terre et qui caresse bien gentiment son lapin.
– Dites, mon brave, il a l’air bien gentil votre lapin…
– Oh, vous savez monsieur, c’est le plus gentil de tous les lapins bleus.
– Et vous savez que les autres sont en train de faire de la moto avec leur lapin ?
– Quoi, ils sont déjà partis ?

L’ours, le lapin et la grenouille magique

C’est un ours et un lapin qui se trouvent par hasard dans la même clairière. Par le plus grand des hasards encore, il tombent sur une grenouille magique. Elle est magique car elle s’adresse à eux et leur dit :
« Je suis une grenouille enchantée et je vous accorde à chacun trois vœux ! » Immédiatement, l’ours demande à ce que tous les autres ours de la forêt deviennent des femelle. Et HOP, la grenouille exécute le voeu. Le lapin réfléchit un peu et demande un casque de moto. Et HOP, un casque de moto adapté à son crâne apparaît aussitôt.

L’ours regarde le lapin d’un air amusé et il poursuit son idée en demandant comme deuxième voeu que tous les ours des forêts environnantes deviennent des femelles. Et HOP, le voeu est réalisé.

Le lapin demande alors qu’une moto de forte cylindrée, tout-terrain, apparaisse devant lui. Et HOP, la moto apparaît, et aussitôt, le lapin monte de dessus et fait tourner le moteur.

L’ours est effaré par les choix du lapin et il lui fait remarquer qu’il a dépensé deux voeux en pure perte. Et dans la foulée, il propose comme dernier souhait que tous les autres ours dans toutes les forêts du monde deviennent des ours femelles. La grenouille répond aussitôt que c’est fait et se tourne vers le lapin pour son troisième et dernier voeu.

Alors le lapin fait vrombir le moteur de sa moto et répond :
« Mon troisième voeu est celui-ci : je souhaite que l’ours ici présent devienne gay ! » et le lapin détale poignée dans le coin sur sa Yamaha !

Le loup et le lapin sur l’arche de Noé

Nous sommes en 2055. Le réchauffement de l’atmosphère, a provoqué la fonte des glaces polaires ainsi que des typhons et des ouragans d’une ampleur jamais atteinte jusqu’alors. Un illuminé qui se fait appeler Noé a prédit que les eaux allaient recouvrir toute la planète. Il a construit un gigantesque navire et a formé le projet fou d’y emporter un couple de chaque espèce d’animal terrestre connue avant que les eaux ne noient tout le monde.

Par on ne sait quel prodige, il parvient à accomplir sa tâche et le navire prend la mer. Au bout d’une journée, miraculeusement, les animaux acquièrent la parole et commencent à communiquer entre eux.

L’ambiance est très conviviale et tout le monde se raconte des blagues. Pour corser un peu les choses, le loup propose d’instaurer un système de gages : chacun des animaux devra raconter une blague. Si un seul des animaux de l’arche ne rigole pas, alors celui qui raconte la blague sera jeté par dessus bord !

Le loup commence : il raconte une blague tellement drôle que tous les animaux sont bidonnés… enfin, tous sauf le lapin ! Alors le loup est jeté par dessus bord.

Puis c’est au tour de la girafe. La ruminante au long cou raconte sa blague… et personne ne rit, sauf le lapin !
– Pourquoi est-ce que tu te marres ? Lui demandent les autres animaux.

Et le lapin répond :
– C’est que… Je viens de comprendre la blague du loup.

La femme-lapin

Ce sont deux jeunes mariés qui passent leur lune de miel dans un palace de la côte d’azur. Le jour de leur arrivée, le concierge leur donne les clefs de la suite nuptiale. Puis il dit au jeune homme :
– Monsieur, il est maintenant 18 heures. Le repas du soir sera servi à partir de 19 h 30. Alors le jeune marié lui répond en souriant à sa femme :
– Merci, mais je pense que nous ne descendrons pas ce soir.
Et les voilà qui prennent l’ascenseur et gagnent leur suite.

Et les heures passent. Toute la nuit, les clients de l’hôtel résidant au même étage que les amoureux téléphonent au concierge pour se plaindre du bruit et des gémissements et des râles qui n’arrêtent pas dans la suite réservée aux jeunes époux. Le matin à 8 heures, le jeune marié appelle la réception et demande :
– Bonjour, pouvez-vous nous faire monter un petit déjeuner ?
– Bien sûr, que désirez vous ?
– Eh bien, pour remplacer toute l’énergie que j’ai dépensée la nuit dernière, il va bien me falloir deux baguettes et quatre ou cinq croissants, un grand bol de chocolat au lait, et puis amenez aussi un litre de jus d’orange, trois œufs au bacon avec six saucisses et mettez aussi quelques portions de Vache qui rit !

Le réceptionniste lui répète sa commande et demande :
– Je suppose que ce cette commande est pour vous ainsi que pour votre femme ?

Et le gars lui répond alors :
– Ah non, c’était juste pour moi. Pour ma femme, vous n’aurez qu’à faire monter 6 feuilles de laitue…
– Six feuilles de laitue, c’est tout ? Répond le réceptionniste.
– Oui, je veux savoir si elle mange comme un lapin aussi !