S’habiller comme un plouc

– C’est atroce, gémit une pauvre femme, plus personne ne s’habille correctement. Regarde notre grand fils. Avec sa boucle d’oreille et ses chemises colorées, il ne lui manque plus qu’une minijupe. Et notre fille ! Avec ses jeans et ses blousons de cuir, on dirait un camionneur. Soudain, elle se tourne vers son mari :
– Heureusement que tu es là pour assurer la continuité, en ce domaine. Quand on s’est rencontré, tu t’habillais comme un plouc et vingt ans plus tard, tu t’habilles toujours comme un plouc !

Jupes courtes et grandes oreilles

– Pourquoi, demande une mère à sa grande fille, portes-tu des jupes aussi courtes ?
– C’est ta faute aussi, maman. Tu n’avais qu’à me faire plus jolie. – Quel est le rapport ?
– Il est simple : montrer bien haut mes cuisses est le seul moyen que j’aie trouvé pour que les garçons que je fréquente ne remarquent pas que j’ai de vilaines oreilles.

La beauté de l’adolescent

C’est samedi soir. Un adolescent peu gâté par la nature, le visage marqué par l’acné avec ses cratères et ses volcans de pus, est en train de se préparer devant la glace avant de sortir en discothèque. Il se met du gel dans les cheveux dans l’espoir de se faire un look de jeune premier, il se vide le flacon d’Azarro pour Homme dans le cou pensant qu’elle vont toutes « tomber comme des mouches », jusqu’à ce qu’arrivent les copines de sa soeur…

– Alors Jean-Marc, en train de se pomponner à ce que je vois ? Dis l’une d’elles avant d’ajouter : Dis moi Jean-Marc, est-ce qu’une fille t’as déjà dit que tu étais beau ?

Et Jean-Marc qui commence déjà à rougir :
– Heu… Non…
– Ben alors, pourquoi t’insistes ?

La lumière de la procréation

Une jeune fille obtient une consultation chez le gynécologue grâce au Planning Familial. Le médecin, en voyant son ventre rebondi lui demande :
– Vous êtes enceinte de combien ? Et l’adolescente :
– Bah je ne sais pas, ça fait longtemps qu’il n’y a plus de lumière dans la cave de l’immeuble, alors j’ai pas pu compter.

L’université du sexe

Un docteur voit arriver une jeune fille pour un check-up. Elle retire sa chemise et le médecin remarque un Y sur sa poitrine. Surpris, il lui demande d’où cela vient. La jeune fille répond :
– Mon copain est à Yale, et il en est tellement fier que quand on fait l’amour, il garde son sweat-shirt. Plus tard, une autre jeune fille vient également pour un check-up et elle a une marque en forme de H sur la poitrine. A la demande du médecin, elle explique :
– Mon copain est à Harvard, et il en est tellement fier que quand on fait l’amour, il garde son sweat-shirt.

Enfin, une troisième jeune fille vient pour un check-up et le médecin découvre une marque en forme de M sur sa poitrine. Il lui demande alors si elle n’a pas un copain à l’université du Michigan. La jeune fille, surprise, répond :
– Non, mais j’ai une amie a l’université du Wisconsin.

Cousine

Ta jeunesse qui flamboie, ton nez mutin,
Tes yeux félins et ton rire narquois,
Ton joli minois et ton air câlin,
Tu es le lutin, le je ne sais quoi
Qui me fait un roi d’être ton cousin
Triste destin, de ne pas être à toi. Aujourd’hui tu as l’âge de raison
Demain la passion, l’amour tu auras
Garde loin de toi les anciens démons
Qui un jour viendrons flétrir ton aura
C’est n’aimer que soi, blesser sans pardon
C’est prendre sans don, faire un mauvais choix.

Ne devient jamais avare
De tes joies, de tes sourires
Et jamais ne te sépare
De ceux qui peuvent te guérir.
L’amour est beau mais dangereux
Et ses écueils sont bien nombreux
Avant d’aimer il faut choisir
Sinon l’on risque de souffrir.

Tu as l’âge où l’on veut vivre
Mais c’est celui qui enivre.
De tes amis suis les conseils
Des beaux parleurs fuis les merveilles.
Si jamais la vie te blesse
Te semblent loin les jours de liesse
Si de tendresse tu as besoin
Je serais là, moi, ton cousin.

Laurent Zimmermann

ATTENTION : Ce texte est une œuvre originale, déposée auprès de la SGDL. Toute reproduction sans accord préalable de l’auteur est strictement interdite.