le soutien-gorge défensif

– Tu m’as ridiculisée auprès de mes collègues de bureau, dit une femme à son mari. Certes, en m’offrant ce soutien-gorge, tu m’avais bien dit qu’il arrivait droit du Japon, pays des gadgets. Mais tu aurais pu me préciser qu’il se mettait à hurler « Au secours » à chaque fois qu’on glisse une main dedans.

15 mars 2016 – Vague d’hommage au Japon

Le Japon a rendu hommage aux victimes du séisme et du tsunami survenus le 11 mars 2011, catastrophe naturelle amplifiée par un accident nucléaire dont le pays ne s’est pas remis. Une minute de silence au Japon !

(caricature Fukushima centrale nucléaire)

Retrouvez toutes les oeuvres de Jerc sur http://www.jerc-tbm.com

La possibilité d’une panne

Un fabricant japonais de lecteur DVD refuse le manuel d’emploi que vient de rédiger un de ses employés pour un nouveau modèle :
– Vous vous moquez du monde, en écrivant des phrases comme celle-ci : « Si votre appareil tombe en panne… » – Mais, monsieur le directeur, un de nos appareils peut toujours tomber en panne.
– Non, monsieur. Pas de ça, chez nous.
– Alors, que dois-je écrire ?
– Eh bien, par exemple : « S’il advenait qu’un de nos appareils soit affecté par une interruption temporaire d’activité… »

La mouche des samouraïs

C’est trois samouraïs qui veulent mesurer leur adresse au sabre.

Ils se choisissent un juge qui sera le gage de l’équité de la joute qui va se dérouler entre les trois guerriers. Le juge qui s’y connaît en tournoi de samouraïs leur a apporté de quoi se mesurer : Il ouvre une petite boite dans laquelle il y a une mouche. Le katana du samouraï sort de son fourreau en un éclair, et la mouche retombe sur le sol, coupée en deux ! Le juge est satisfait par cette première performance, et il félicite le premier samouraï.

Lorsque le deuxième samouraï est prêt, le juge ouvre une nouvelle boite et laisse s’envoler une autre mouche. Cette fois-ci, le deuxième samouraï donne deux coup de sabre dans l’air, et la mouche retombe, coupée en quatre !

Cette fois, le juge est vraiment impressionné. Et il le dit au deuxième samouraï. Mais il reste un troisième concurrent. Lorsque celui-ci est prêt, le juge ouvre sa troisième boite contenant une troisième mouche…

Le samouraï sort son sabre et dessine une arabesque dans l’air, et range son sabre, mais la mouche continue à voler… Le juge dit alors :
– Mais la mouche vit toujours !
– C’est vrai, répond le troisième samouraï, Mais elle ne pourra plus jamais se reproduire.

Le cri de la call-girl japonaise

C’est un homme d’affaire qui part au Japon pour trouver de nouveaux marchés.

Le soir il s’embête tout seul dans son hôtel, alors il fait appel à une call-girl. Elle arrive rapidement dans sa chambre, et ils commencent à s’amuser un peu puis rapidement ils passent aux choses sérieuses. Lors des ébats la japonaise ne cesse de crier « machigau ana, machigau ana ». Mais notre homme ne comprend pas la japonais et ses exceptions culturelles, et sur le coup il n’a pas envie de sortir son Berlitz.

Comme elle crie très fort, il comprend qu’il assure un max !

De retour en France il doit recevoir son homologue japonais pour conclure un contrat. Il l’emmène au golf. Lors du parcours, le Japonais réussit un très beau coup. Alors le Français se décide à l’encourager avec un petit mot japonais… « machigau ana ». Le Japonais se retourne alors et lui demande :
« Comment ça le mauvais trou ? »

La pute et le car de japonais

Un car d’ouvriers japonais arrive à Paris. Ils trouvent les prix assez chers. Le soir, l’un d’eux demande à une jolie pute combien elle prend.
– 150 euros la passe, 1500 euros la nuit.

Le Japonais dit :
– OK pour la nuit, mais à mon hôtel. Ils font l’amour puis le Japonais va à la salle de bains, revient, refait l’amour et recommence ainsi plusieurs fois… La fille est comblée mais au petit matin elle veut aussi passer à la salle de bains et, oh surprise ! Elle y trouve tous les Japonais du car, attendant leur tour…