La condamnation du fou

Le fou du roi égaie la cour, le roi et les ministres. Un beau jour, il fait une blague sur l’amant de la reine. Le roi, outré, le condamne à mort. Les ministres supplient le roi d’être clément, car ce fou les a fait rire depuis 30 ans et a rendu leur vie agréable. Le roi décide :
« Je ne peux revenir sur ma décision. Ce fou a dépassé les bornes. Il reste condamné à mort. Tout ce que je peux concéder, c’est de laisser au fou le choix de la façon dont il mourra. »

Le fou, joyeux, réplique :
« Si votre majesté n’y voit pas d’objection, je voudrais mourir… de vieillesse. »

Embellemerdé

– Ta mère n’a vraiment aucun sens de l’humour, dit un jeune marié à sa femme.
– Qu’est-ce qui te permet de dire cela ? – Tu lui as écrit, la semaine dernière, que cela nous ferait plaisir si elle pouvait venir passer un mois avec nous. Elle répond aujourd’hui qu’elle est tout à fait d’accord, sans s’être rendue compte qu’il s’agissait d’une plaisanterie.