L’air conditionné de la Polo

Un millionnaire du Texas, séduit par les petites voitures européennes, emmène, par une journée torride, l’un de ses amis faire un tour dans sa nouvelle Polo. – C’est merveilleux ! Lui dit son passager, comme il fait frais là-dedans. Mais vous n’allez tout de même pas me dire qu’une telle automobile possède l’air conditionné. Alors, comment faites-vous ?
– C’est simple, explique le nabab. J’en ai acheté deux d’un coup. Et j’en garde toujours une au frigidaire.

La perfection de la justice divine

Samuel, David et Nathan ont gagné une jolie petite somme au Loto. A peine la nouvelle est-elle tombée que les trois joueurs commencent à se chamailler pour chacun revendiquer une plus grosse part que les autres : l’un parce que c’est lui qui a choisi les numéros, l’autre parce que c’est lui qui a donné l’argent de la mise, et le troisième parce que c’est lui qui a porté le bulletin chez le buraliste… Incapables de se mettre d’accord, ils décident de demander l’arbitrage du rabbin, homme réputé pour sa grande sagesse. Le rabbin leur dit après qu’ils ont expliqué leur affaire :
– Vous allez devoir partager !
– Mais comment ?, répondent en chœur les joueurs.
– Eh bien d’abord, il vous faut choisir entre la « justice des hommes » qui par nature est imparfaite, ou bien la « justice divine » qui par nature est parfaite. Laquelle choisissez-vous ?
– Nous prenons la justice divine, évidemment !

Alors le rabbin leur dit :
– C’est très bien, c’est la réponse que j’attendais de vous : alors Samuel aura 3/4 de la somme, David aura 1/4 de la somme, et Nathan n’aura rien du tout.

Comment se faire remarquer par Dieu

David Benchemoul, le fameux homme d’affaire mondialement connu dans le sentier, est dans une mauvaise passe. Pour éviter la faillite, il lui faut trouver la bagatelle de deux millions d’euros. En désespoir de cause, après avoir fait le tour de tous ses amis et de toutes les banques sans succès, il se rend à la synagogue pour prier et demander un miracle. Il s’installe à côté d’une autre personne déjà en train de prier et s’apprête à implorer Dieu lorsqu’il entend l’autre psalmodier :
« S’il te plaît D…, je dois 100 euros à mon copain Michel, fais que je gagne le tiercé pour pouvoir le rembourser. »

Alors David Benchemoul sort son portefeuille, prend un billet de 100 euros et le donne à son voisin, qui, fou de joie le remercie en lui baisant les mains.

Une fois seul, l’homme d’affaire ferme les yeux et se remet à prier :
« Et maintenant, Seigneur, que j’ai toute ton attention… »

Le prix de la famille

Samuel et Joseph se rencontrent :
– Eh, Samuel, comment tu vas ?
– Ça va, ça va et ça va pas…
– Comment ça ? – Bah, tu vois, Joseph, lundi, tout allait bien, j’avais gagné au tiercé ! Mercredi, tout allait bien, j’avais gagné au loto ! Et Jeudi, tout va mal, Joseph !
– Pourquoi donc, que s’est-il passé ?
– Bien, de tout ce que j’avais gagné, j’ai pensé pouvoir en consacrer un peu à trouver une jeune fille sympathique, tu comprends. Alors, on m’avait donné une adresse d’une fille superbe, jeune et tout et tout.
– Et alors ?
– Alors, Joseph, j’y suis allé. J’ai sonné et devine, Joseph, le grand malheur !
– Mais quoi donc ?
– La fille est venue ouvrir. Ah, Joseph, assieds-toi ! Ma propre fille, Joseph, ma propre fille !
– Et, qu’as-tu fait ?
– Eh, j’avais déjà payé !

Les trois vœux religieux

Dieu a réuni au paradis un catholique, un protestant et un Juif :
– Je donnerai à chacun de vous ce qu’il désire… Que veux-tu, toi ? Dit-il en s’adressant au protestant. – Moi Seigneur ? La puissance !
– Et toi ? Dit-il au catholique.
– Moi Seigneur ? L’or du monde !
– Et toi, Samuel ?
– Moi Seigneur ? Rien… Simplement l’adresse du catholique…