La perfection de la justice divine

Samuel, David et Nathan ont gagné une jolie petite somme au Loto. A peine la nouvelle est-elle tombée que les trois joueurs commencent à se chamailler pour chacun revendiquer une plus grosse part que les autres : l’un parce que c’est lui qui a choisi les numéros, l’autre parce que c’est lui qui a donné l’argent de la mise, et le troisième parce que c’est lui qui a porté le bulletin chez le buraliste… Incapables de se mettre d’accord, ils décident de demander l’arbitrage du rabbin, homme réputé pour sa grande sagesse. Le rabbin leur dit après qu’ils ont expliqué leur affaire :
– Vous allez devoir partager !
– Mais comment ?, répondent en chœur les joueurs.
– Eh bien d’abord, il vous faut choisir entre la « justice des hommes » qui par nature est imparfaite, ou bien la « justice divine » qui par nature est parfaite. Laquelle choisissez-vous ?
– Nous prenons la justice divine, évidemment !

Alors le rabbin leur dit :
– C’est très bien, c’est la réponse que j’attendais de vous : alors Samuel aura 3/4 de la somme, David aura 1/4 de la somme, et Nathan n’aura rien du tout.

Les rabbins réformistes

Trois rabbins réformistes se trouvent pris dans un terrible accident de voiture sur l’autoroute. Aucun des trois ne survit. Les voilà donc qui montent au ciel tous ensemble et qui se présentent devant l’Eternel qui les dévisage un par un, puis qui leur demande : – Réformiste, je veux bien. Mais où est-ce que ça va s’arrêter ? Toi ! Goldblum par exemple, des cendriers dans ta synagogue pour que Mon peuple puisse fumer pendant qu’on lit la Torah ? Bon, allez, je peux faire avec. Les hommes sont faibles, mais le verbe est fort !

Goldblum soupire de soulagement voyant que le courroux de Dieu à son égard s’est apaisé.

– Bauman ! Tu exagères. Je peux accepter que Mon Peuple puisse avoir faim, mais vraiment, servir des sandwichs au jambon aux fidèles du temple pendant Yom Kippour, à quoi ça rime ?

Bauman baisse la tête tant il est honteux.
– Mais même ça, tu vois, je peux passer, même si ce n’est pas casher et même si ça ne me fait pas très plaisir. Un Dieu doit savoir prendre sur lui pour ces entorses aux préceptes qu’il a édicté.

Enfin, Dieu se tourne vers le troisième rabbin et il lui dit :
– Toi par contre, tu es allé trop loin ! J’en demandais trop peut-être ? Tout ce que MONSIEUR le rabbin MENDELBAUM trouve à faire en ces jours bénis de Rosh ha-Shana et de Yom Kippour, c’est de mettre une pancarte sur la porte de la synagogue qui dit « FERMÉ POUR CAUSE DE VACANCES » !

Les finances de Dieu

Simon Benchemoul est au bout du rouleau. Il a le fisc et les huissiers sur le dos, ses fournisseurs le harcèlent, ses clients désertent son magasin… plus rien ne va. Alors, il décide de tenter son va-tout : il met la kippa et fonce à la synagogue.
– Mon Dieu, j’ai des dettes partout, j’ai les fournisseurs tous les jours qui me prennent la tête au téléphone parce que je ne peux pas les payer, l’urssaf et le fisc sont en train de me tuer… Il faut m’aider mon Dieu. Allez, envoie-moi seulement 20000 euros et je ferai don de la moitié aux pauvres, juré !

Il hésite alors un instant et ajoute :
– Eh, si tu n’as pas confiance en moi, mon Dieu, alors envoie-moi seulement 10000 euros !

Des nouvelles de Moïse

C’est Moïse qui descend du Mont Sinaï, où il a reçu la parole Divine, et qui s’adresse à la foule : – Les amis, j’ai deux nouvelles importantes à vous annoncer : une bonne et une mauvaise. La bonne nouvelle, c’est que j’ai réussi à convaincre Dieu de ne nous imposer que dix commandements au lieu de 15… Et la mauvaise, c’est que « Tu ne commettras pas l’adultère » fait partie des dix qui sont restés…

Amour à clef

A l’approche de la nuit, je vous dois cet aveu
Même loin de l’ennui, me revient une image
Et les sœurs Parques meurent, car c’est vous que je vois
Lors si seul je demeure, c’est qu’amour je prévois Si je dois me taire, c’est qu’il faut être sage
Fou quand je vous ai vu, belle vision de l’envie
Quand mon âme s’élève jusqu’à vous pour la vie
Quand mon cœur, fille d’éther, vous fait un corps rêvé
Alors je me lève et marche dans l’éternité
Pour vous j’aurais voulu être Dieu, belle déité
Veux-tu de moi ou suis-je en enfer arrivé ?

Laurent Zimmermann

ATTENTION : Ce texte est une œuvre originale, déposée auprès de la SGDL. Toute reproduction sans accord préalable de l’auteur est strictement interdite.

Les trois vœux religieux

Dieu a réuni au paradis un catholique, un protestant et un Juif :
– Je donnerai à chacun de vous ce qu’il désire… Que veux-tu, toi ? Dit-il en s’adressant au protestant. – Moi Seigneur ? La puissance !
– Et toi ? Dit-il au catholique.
– Moi Seigneur ? L’or du monde !
– Et toi, Samuel ?
– Moi Seigneur ? Rien… Simplement l’adresse du catholique…