La panne dans la réserve indienne

Une touriste qui voyage en voiture dans une réserve indienne tombe en panne. Justement, un Indien est là. Elle lui fait signe. Il s’approche, soulève le capot, jette un coup d’œil. – Vous avez pété une durite, lui dit-il, mais ce n’est pas grave. Passez-moi une couverture. Avec toute la fumée qui s’échappe, je vais lancer un message pour appeler un mécanicien.

Le maniement du cric

Un garagiste est exaspéré de sentir, dans son dos, la propriétaire de la voiture qu’il est en train de réparer : – Chère petite madame, lui dit-il, puisque vous vous intéressez tant à la mécanique, puis-je vous suggérer d’aller vous enfermer, pendant un quart d’heure, dans mon bureau, avec mon jeune apprenti.
Il vous initiera au maniement d’un tout récent modèle de cric.

La réparation de la pendule-coucou

Un monsieur était très attaché à une pendule-coucou. Le jour où celle-ci tomba en panne, plutôt que de la confier à un horloger, il préféra montrer ses talents de bricoleur en la réparant lui-même. En fait, il s’était un peu surestimé. A présent, tous les quarts d’heure, le coucou sort de la pendule en demandant :
– Quelle heure est-il ?
– Quelle heure est-il ?

SOS dépannage sexuel

Une femme appelle, sur le coup de dix heures du soir, une entreprise « SOS dépannage ».
– De quoi s’agit-il ? Questionne la standardiste. Vous faut-il un plombier, un électricien, un menuisier, un serrurier ? – Peu importe, répond la dame, dès l’instant où il a entre vingt et trente ans, qu’il est vigoureux et caressant et qu’il dispose de sa nuit. Voyez-vous, je me désolais à l’idée que mon représentant de mari se la coulait douce, à l’autre bout de la France, quand une annonce de votre firme m’est tombée sous les yeux. Et, si vous êtes bien organisés, vous devez pouvoir apporter une solution à mon problème.

Le grille-pain neuf

Une dame a fait l’acquisition d’un grille-pain dans une grande surface. Ayant eu des déboires, dès le premier jour, elle le rapporte en en réclamant un neuf mais on lui refuse énergiquement cette satisfaction. Quinze jours plus tard, elle repart du magasin avec, sous le bras, son petit appareil réparé. Prudente, elle se garde bien de le faire fonctionner chez elle. Le lendemain, elle se présente de nouveau dans le magasin et dit au responsable du service après-vente :
– Vous m’avez convaincue qu’un grille-pain réparé par vos soins en vaut un neuf. Voudriez-vous avoir l’amabilité de me montrer comment je dois m’y prendre pour y faire griller cette tartine.

L’autre, sans méfiance, branche l’appareil… Quand les pompiers eurent fini de déblayer les décombres du magasin, la petite dame demanda au responsable du service après-vente, encore tout tremblant de la décharge qu’il avait reçue dans les doigts :
– Alors, cette fois, vous m’en donnez un neuf, de grille-pain ?

Quand Windows change de couleurs

Les perles : L’informatique

Une utilisatrice appelle notre support pour lui indiquer que les couleurs changent au moins une fois par jour dans Windows. Un technicien se rend sur place, mais ne constate rien. De notre côté, nous vérifions et revérifions et ne constatons rien d’anormal. Comme ce problème est tout de même bizarre, je décide de renvoyer un technicien sur place pour refaire des vérifications.

Sur place, on lui annonce que la personne est en congé de maladie, et ceci pour un problème de rétine qui l’empêche de voir les couleurs correctement…

Différencier une disquette informatique

Les perles : L’informatique

Une des secrétaires dans un service après-vente reçoit un coup de fil d’un client. Elle lui demande si ses disquettes sont des 3 1/2 ou des 5 1/4. Il répond qu’il ne sait pas… Elle lui demande de les mesurer, mais il n’a pas de règle … Alors en désespoir de cause, elle lui pose la question :
« Ce sont des p’tites dures ou des grandes molles ? »

L’hélicoptère en panne au-dessus de Seattle

Un hélicoptère volait au dessus de Seattle hier quand une anomalie électrique a mis hors circuit tout l’équipement pour la navigation électronique ainsi que tout l’équipement destiné aux communications de l’appareil.

En raison des nuages et du brouillard, le pilote ne pouvait plus déterminer ni sa position ni son trajet jusqu’à l’aéroport . C’est alors que le pilote voit un grand building, il vole en sa direction, fait une première rotation, puis voyant des gens à la fenêtre, fait du vol stationnaire. Ensuite, il fait des signes de la main pour se faire comprendre des gens de l’immeuble et il leur demande :
« OU SUIS-JE ? ».

Les gens dans l’immeuble répondent très rapidement au pilote. Avec de grands gestes ils disent :
« VOUS ÊTES DANS UN HÉLICOPTÈRE ! »

Alors le pilote sourit, regarde sur sa carte et détermine sa route jusqu’à l’aéroport où il atterrit sans aucun problème. Une fois sur la terre ferme, le copilote demande à son pilote comment il a réussi à retrouver sa route.

Le pilote lui répond :
« Ce building ne pouvait être que celui de MICROSOFT car, comme pour leur assistance téléphonique, ils m’ont donné une réponse techniquement correcte mais sans aucun intérêt. »

La vache qui parle

Un automobiliste tombe en panne sur une route de campagne. Il s’arrête, ouvre le capot de sa voiture et commence à l’inspecter. C’est alors qu’arrive une vache qui lui dit :
« Je parie que se sont les bougies ! » Choqué, l’automobiliste s’en va trouver le fermier et lui dit :
« Votre vache vient de parler et elle m’a dit que la panne provenait des bougies ! »

Alors, le fermier répond :
« Ne l’écoutez pas elle n’y connaît rien aux voitures. »