Drogué au liquide de frein

C’est l’histoire d’un mécanicien qui travaillait sous une voiture. Malencontreusement, une goutte de liquide de freins lui tomba dans la bouche.
– Waow ! Ce truc a un goût excellent, se dit-il. Le jour suivant, il parle de son expérience à son collègue de travail et lui dit qu’il en goûtera encore un peu aujourd’hui, « pour voir ». L’ami ne trouve pas cela tellement normal, mais il ne dit rien.

Le jour d’après, le mécano dit à son ami qu’il envisage d’en boire à nouveau, l’équivalent d’une tasse à café, et le jour suivant, il pense carrément passer au bidon complet.

Cette fois, le collègue de travail est vraiment inquiet. Il lui dit :
– Tu sais que le liquide de frein c’est du poison. Et je pense que tu es en train de devenir dépendant à ce poison…

Alors l’autre lui répond :
– Bah, t’inquiète pas. C’est du liquide de freins, alors, je m’arrête quand je veux.

La ménagère sexy et le réparateur

Un réparateur de chez Darty passe dans un appartement pour réparer une télé. C’est une ménagère plutôt sexy qui lui ouvre la porte et qui lui montre la TV à réparer dans le salon. La jeune femme est tellement aguichante, qu’il ne parvient pas à quitter son corps des yeux dès qu’elle passe près de lui et du coup, la visite dure un certain temps…

Tant bien que mal, il finit par réparer l’appareil, puis il donne la facture à la dame. Alors qu’elle rédige le chèque, elle lui dit :
– Je vais vous demander quelque chose de… disons quelque chose d’inhabituel. C’est assez embarrassant et auparavant, je voudrais que vous me promettiez de garder ça secret.

Au comble de l’excitation, le réparateur répond qu’il est d’accord, et la femme reprend :
– Mon mari est quelqu’un de bien (soupir) mais il souffre d’une certaine incapacité physique voyez-vous… Alors que vous, vous êtes un homme qui me semblez bien bâti et robuste… et moi de mon côté, je suis une femme plutôt volontaire.

Le réparateur répond en rougissant :
– Oh ça oui !

Le femme:
– Et depuis que vous êtes entré, j’y pense…

Le gars, super chaud :
– Je dois dire que moi aussi !

La femme, étonnée :
– Ah bon ? Vous aviez deviné que je voulais déplacer le réfrigérateur ?

L’équipement ménager de pointe

Une dame raconte à une amie :
– Maintenant, grâce à mon mari, je suis merveilleusement équipée : four à micro-ondes, mixer, aspirateur, réfrigérateur, lave-linge, machine à laver la vaisselle… Enfin, j’ai pu renvoyer ma bonne… mais j’ai dû prendre pour amant un bon dépanneur.

Des pneus et des blondes

A sa grande fille, une belle blonde, qui veut lui emprunter sa voiture, un monsieur, très réticent, demande :
– Au moins, si tu crèves un pneu, as-tu la moindre idée de la meilleure façon de le changer ? – Bien sûr ! Je me suis entraînée, ce matin, devant la glace à pleurer, en relevant le bas de ma jupe, pour m’essuyer les yeux, afin d’attirer la pitié d’un automobiliste.

Le support technique et l’ampoule

Combien de personne du support technique ça prend pour changer une ampoule ? « Nous avons la copie exacte de votre ampoule électrique ici, et tout semble très bien aller. Pouvez-vous dire quel système vous utilisez ? D’accord. Maintenant, pouvez-vous me décrire exactement votre obscurité ? D’accord. Il y a quatre ou cinq choses qui peuvent être à l’origine de votre problème… Avez-vous essayez de basculer la position de l’interrupteur électrique ? »

Des femmes et des roues

Un automobiliste s’arrête près d’une voiture en panne et dit aimablement :
– Pardon, monsieur, à la lumière de mes phares, je vous ai vu, en train de changer une roue, dans l’obscurité et dans la boue. Pourrais-je vous aider ?
– Certainement. Merci beaucoup. – Voulez-vous que je vous éclaire ?
– Non. J’aimerais mieux que vous montiez dans la voiture et que vous demandiez à ma femme comment elle fait l’amour avec son amant ?
– Vous vous moquez de moi.
– Pas du tout. Je vais vous expliquer. Bien qu’elle ne connaisse rien à la mécanique, ma femme a des idées très arrêtées sur la façon dont je devrais changer une roue. Et ça m’énerve. Ça m’énerve… Alors, si vous arrivez à détourner son attention pendant cinq minutes, j’ai enfin une chance d’y arriver.

L’escroquerie à la réparation

– Bravo pour votre perspicacité, dit un policier à une vieille dame. Mais qu’est-ce qui a bien pu vous permettre de penser que ce prétendu réparateur de télévision était, en réalité, un escroc ? – C’est bien simple. Je l’ai vu ressortir de chez ma voisine. Et, contrairement à tous les vrais réparateurs, il n’emportait pas son téléviseur pour le garder huit jours dans son atelier.

Les noirs de New York

A New York, un Noir retourne chez lui et il a soudainement une crevaison. Il se range sur l’accotement, sort son cric et entreprend de changer le pneu crevé. Ce faisant, un autre Noir arrive à sa hauteur, freine en catastrophe et se gare devant le véhicule au pneu crevé. Le conducteur en sort, se dirige vers le coffre arrière, en extrait une masse de 5 kg et fracasse le pare-brise de l’autre voiture. Le Noir dont le pneu est crevé s’écrie :
– Mais que fais-tu là mon frère ?

L’autre de répondre :
– Toi tu prends bien les pneus, alors la radio est pour moi !