Les projets de la vieillesse

Un homme de quatre-vingt-dix ans reçoit la visite d’un conseiller financier qui lui vante les avantages d’un placement sur six ans.
– Six ans ! S’exclame le vieillard. Croyez-vous vraiment que je me préoccupe de ce qui se passera dans six ans ! Mais, mon pauvre ami, je ne fais de projets qu’à court terme. Tenez, pour vous en donner une idée, lorsque je fais mes courses, au supermarché, j’évite même d’acheter des bananes qui demandent encore deux jours pour mûrir.

2 juin 2016 – L’union fait la force les dettes nous divise !

Contrairement à 1968, chaque français a contracté un crédit qui croit-il l’empêche de se révolter. Nous sommes esclaves des banques, à l’insu de notre plein gré. On te tient par les credouilles !

(caricature mouton individualiste)

Retrouvez toutes les oeuvres de Jerc sur http://www.jerc-tbm.com

Les piétons versus les automobilistes

Un promeneur a failli être renversé et l’automobiliste s’écrie, furieux :
– C’est incroyable, vous, les piétons, vous traversez exactement comme si les rues vous appartenaient. – Et alors ? Rétorque le piéton. Vous, les automobilistes, vous conduisez bien comme si vous aviez payé vos voitures !

Jusqu’à la fin de votre vie

Une banlieusarde raconte :
– Notre banquier nous avait vivement incités, mon mari et moi, à acheter une maison en nous disant : « Ainsi, vous aurez quelque chose qui durera jusqu’à la fin de votre vie ». – Et ce n’était pas vrai ?
– Ce qu’il avait omis de nous préciser, c’est qu’il parlait des traites.

La demande de prêt du juif

Deux juifs du sentier se rencontrent et l’un demande à l’autre :
– Dis-moi, tu peux me prêter 2000 ? (avec l’accent évidemment)
– Moi, aye bien sûr, voilà ! Et il lui glisse quelque chose dans la main. L’autre ouvre la main et dit :
– Eh, fils, ça c’est un préservatif…

Et l’autre répond :
– Et oui, allez, va en niquer un autre, va !

L’origine originale du terrain

Les perles : Les avocats

Un avocat de la Nouvelle-Orléans avait établi pour son client un dossier de demande de prêt immobilier. Il lui était demandé de joindre le certificat de propriété du terrain qui servait de caution au prêt. Ce que fit l’avocat en remontant après plusieurs mois d’effort jusqu’en 1803. L’office de prêt au reçu du dossier écrivit à l’avocat pour le féliciter de son travail mais lui fit remarquer que le certificat ne remontait pas à l’origine et qu’il lui fallait pour délivrer le prêt un document antérieur.

Réponse de l’avocat :
« Comme doit le savoir un employé d’administration de l’état où se trouve la propriété en question, La Louisiane fut achetée à la France en 1803 date à la quelle remonte le certificat. La France avait obtenu cette terre de l’Espagne par droit de conquête quelques années auparavant. L’Espagne elle-même le détenait par droit de découverte, un certain Christophe Colomb capitaine de navire appointé par la reine d’Espagne.

La reine d’Espagne, très pieuse mais prudente s’était fait confirmé ses titres de possession sur ce domaine par le Pape, avant de vendre ses bijoux pour affréter des navires.

Or vous le savez, le Pape est le représentant sur terre de Jésus Christ, le fils de Dieu.

Dieu comme chacun le sait ici a créé le monde et donc aussi la Louisiane et le petit bout de terrain qui vous occupe.

ET MAINTENANT VOUS L’ATTRIBUEZ CE PRET ! »