La vieille russe et le pain

C’est une vieille femme en Russie qui fait la queue pour le pain. Et quand son tour arrive elle lance un soupir, regarde le ciel et dit :
– Oh Merci mon Dieu ! Alors le boulanger rétorque:
– On ne dit pas Merci mon Dieu, on dit Merci Staline !

Et la femme lui demande :
– Et quand Staline sera mort, que dirons nous ?

Le boulanger répond :
– Quand nous serons la, nous dirons : Merci mon Dieu !

Les bienfaits du Goulag

Du temps de la guerre froide, Marchais reçoit un coup de fil :
– Camarade Marchais, ici le camarade Brejnev. Je suis à Paris pour la journée; puis-je vous rendre visite ?
– Bien sûr camarade Brejnev, c’est un grand honneur. Il raccroche, et son perroquet se met aussitôt à entonner une litanie : « A mort Brejnev » et il n’arrête pas. On sonne a la porte et le perroquet n’arrête toujours pas. Alors Marchais le cache dans le premier endroit insonorisé qui lui vient à l’esprit : le congélateur.

Brejnev entre et Marchais lui propose une vodka.
– Bonne vodka, camarade Marchais. Mais nous autres soviétiques la buvons plus fraîche. Ne bougez pas, je vais chercher de la glace.
– NON !

Trop tard, Brejnev a ouvert le congélateur et se retrouve nez à nez avec un perroquet grelottant. Il le prend dans ses bras et le caresse en disant « pauvre petite bête ». Marchais est bien ennuyé et doit lui expliquer toute l’histoire. A ce moment-là, le perroquet se met à crier : « Vive Brejnev ».

Et Brejnev de dire :
« Tu vois camarade Marchais, le goulag, ça a du bon… »

Staline mort rencontre Pierre le Grand

Staline est mort, et arrive dans l’autre monde, ou il rencontre Pierre le Grand. Celui-ci lui demande :
– Alors, qu’as-tu fait de ma Russie ?
– Je l’ai rendue plus forte que jamais ! – Très bien ! Il y a toujours l’armée ? Et la police secrète ?
– Bien sur que oui !
– Les compagnies de cosaques ?
– Bien sur !
– Les tours du Kremlin ?
– Toujours ! Et en parfait état !
– Bien ! Et la Vodka, toujours à 38 degrés ?
– Non, quarante !

Alors étonné, Pierre le Grand regarde Staline, et lui fait :
– Deux degrés de différence ?! Et c’est juste pour deux malheureux degrés que vous avez foutu tout ce bordel !?

Gorbatchev et sa maman

Gorbachev est au top et il se dit qu’il est temps que sa mère sache jusqu’où son fils est arrivé. Alors il envoie chercher sa maman avec son hélicoptère privé dans son village natal. Ensuite, il s’en va la retrouver avec une escorte de limousines sur la Place Rouge. – Alors maman, comment ça va ? Tu sais que je suis vraiment content de voir que tu aie pu venir à Moscou. Viens, je t’emmène manger !

La maman de Gorby ne répond rien et elle suit gentiment son fils dans la voiture présidentielle. Ils arrivent dans le restaurant le plus renommé de tout Moscou. Ils sont servis par une escouade de serveurs, un orchestre vient leur jouer des airs slaves… C’est divin.

Mais maman Gorby ne dit toujours rien.
– Tu as aimé le dîner, maman ? Viens, je t’emmène dans ma datcha. Comme ça tu sauras où j’habite maintenant.

Un traîneau attelé à des rennes qui stationnait devant le restaurant les emmène en périphérie de Moscou, et s’arrête devant une somptueuse demeure bâtie sur une colline. Ils sont accueillis par le majordome qui les fait entrer dans la résidence présidentielle. Là ils retrouvent Raïssa.

Enfin, alors qu’ils sont sur la balcon, à admirer les lumières de Moscou, Gorby demande à sa maman :
– Alors quoi maman ?, tu n’as rien dit depuis que tu es arrivée ! Tu n’es pas fière de ton fils ? N’ai-je pas réussi ?

Et maman Gorby répond :
– Miki chéri. Tout ce que j’ai vécu aujourd’hui, tout ce que tu m’as montré, tout ce que j’ai mangé et bu… Tout cela est formidable. Oui vraiment Miki, je suis extrêmement heureuse pour toi… Mais Miki chéri, qu’est-ce qui va se passer si les communistes reviennent ?…

Les différentes manières de consommer un mariage

C’est l’histoire d’un mec qui vient de se marier. Si pour lui, la vie à deux est une expérience nouvelle, on ne peut pas en dire autant de sa dulcinée qui en est déjà à son cinquième mariage. Mais l’homme est très surpris le premier soir au lit car il s’aperçoit que sa femme est vierge… – Dis donc chérie, ils étaient si moches que ça tes précédents maris ?
– Non, pas du tout. Je vais t’expliquer :
Le premier, c’était un pianiste, alors tu comprends ces artistes : tout avec les doigts.
Le deuxième, c’était un communiste, alors tu vois : des promesses, des promesses, des promesses…
Le troisième, c’était un avocat : des paroles, des paroles, des paroles…
– Et le quatrième ?
– C’était un socialiste.
– Et alors ?
– Et ben je l’ai eu dans le cul.

Quand Brejnev veut ouvrir des boîtes de striptease

Brejnev au retour d’un voyage en Occident décide que pour attirer les touristes et gagner des devises l’URSS ouvrira également des boîtes de strip-tease. La création des cabarets est inscrite dans le plan et le meilleur bureaucrate est désigné pour en assurer l’exécution. Un an après, Brejnev le fait venir et demande le bilan : – Alors, camarade, combien de boîtes de nuit ouvertes à Moscou ?
– Dix, camarade Premier Secrétaire !
– Et quel bénéfice ?
– Pas de bénéfice hélas, camarade Premier Secrétaire !
– Comment ! Mais as-tu vérifié que tout a été fait pour attirer le touriste occidental ?
– Oui, camarade Premier Secrétaire !
– Est-ce que la vodka est bonne ?
– La meilleure, camarade Premier Secrétaire !
– Est-ce que la musique est bonne ?
– La plus moderne, camarade Premier Secrétaire !
– Ah, j’y suis, dit Brejnev, je suis sûr que les filles n’ont pas été bien choisies !
– Ah si camarade Premier Secrétaire ! Elles ont toutes leur carte du parti depuis la Révolution d’Octobre !