Du bienfait des cravates

– C’est quand même plus décontracté, la mode pour les hommes, depuis qu’ils ne portent plus de cravate, dit une dame. Son amie proteste :
– Je ne suis pas du tout d’accord pour la suppression de la cravate En fait, si mon mari ne portait plus de cravate, je me demande bien par où je l’agripperais pour le traîner à déjeuner, le dimanche, chez ma mère.

La violence de la belle-mère sourde

– Que t’est-il arrivé ? Demandent ses collègues à un employé de bureau qui arrive, un matin, le crâne entouré de bandelettes. – Oh ! C’est une étourderie de ma femme. Elle avait négligé de me signaler que sa mère, qui habite avec nous, s’était enfin décidée à faire réparer son appareil acoustique. Et hier soir, en rentrant, je lui ai demandé, comme d’habitude, avec mon plus charmant sourire : « Ça va, la vache folle ? »

Un si beau cadeau…

Le vieux Simon ne savait pas trop quoi choisir comme cadeau d’anniversaire pour sa belle-mère. Finalement, en désespoir de cause, il opta pour l’achat d’une concession funéraire dans un cimetière très huppé de la ville. Un an plus tard, pour le nouvel anniversaire de sa belle-mère, Simon ne lui achète rien.

La belle-mère ne manque pas de lui faire remarquer son oubli :
– Alors Simon, tu ne m’aimes plus ? Tu n’as plus de considération pour ta belle-maman ?
– C’est à dire belle-maman, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer que vous ne vous étiez pas servi de mon cadeau de l’année dernière…

Embellemerdé

– Ta mère n’a vraiment aucun sens de l’humour, dit un jeune marié à sa femme.
– Qu’est-ce qui te permet de dire cela ? – Tu lui as écrit, la semaine dernière, que cela nous ferait plaisir si elle pouvait venir passer un mois avec nous. Elle répond aujourd’hui qu’elle est tout à fait d’accord, sans s’être rendue compte qu’il s’agissait d’une plaisanterie.

Le suicide de ma belle-mère

Un gars se promène dans la rue et entend crier « au secours ». Il monte l’escalier à toute vitesse et, au 4ème étage, il voit un homme qui a l’air très excité. il lui demande : – Mais pourquoi criez-vous « Au secours » ?
– Il y a ma belle-mère qui veut se jeter par la fenêtre !
– Bof, une belle-mère, ce n’est pas si grave… Laissez-la donc faire le grand saut !

Et l’autre répond :
– Je voudrai bien, mais elle n’arrive pas à ouvrir le fenêtre et moi non plus !

Le tiroir du cul-de-jatte

Dans un sanatorium spécialisé pour les handicapés physiques, un cul-de-jatte annonce un beau jour à ses amis qu’il s’apprête à les quitter pour aller se marier. Les autres le félicitent et se cotisent pour lui offrir un cadeau. Quelques jours plus tard, le cul-de-jatte s’en revient rendre visite à ses anciens amis. Ils lui demandent comment s’est passé le mariage, et cherchent à en savoir un peu plus :
– Mais enfin, tu ne nous as pas dit, avec qui t’es-tu marié ? Comment est-elle ?
– Eh bien, je me suis trouvé une autre cul-de-jatte ! Répond le jeune marié.

Les autres en cœur :
– Mais alors il faut qu’on sache : pour faire l’amour, comment vous faites ?!
– Ah, ça… répond le cul-de-jatte, heureusement que ma belle-mère est-là !
– Comment ça ? Demandent les amis du sanatorium.
– Eh bien, elle pose sa fille sur la commode, moi elle me met dans un tiroir… et elle ouvre le tiroir… elle ferme le tiroir… elle ouvre le tiroir… elle ferme…