Le demi-tour belge

C’est un Belge qui visite notre beau Pays la France, il en est à la Corse, plus exactement au pied d’une montagne. Il va pour s’engager sur la route qui mène au sommet lorsqu’il aperçoit un panneau qui dit :
« ATTENTION, on ne peut pas faire demi tour en haut ! » Alors le Belge se dit :
« Je vais monter en marche arrière comme ca je ne serai pas embêté en redescendant ! »

Une heure plus tard le Belge redescend en marche arrière :
« Mais, ils sont très cons ici, on pouvait largement faire demi tour en haut ! »

Le braconneur belge

Cela se passe dans une forêt profonde. Léon, qui essaie tant bien que mal de braconner, sans résultat alors qu’il est équipé de tout un matériel hi-tech, rencontre Pierrot qui lui braconne les mains nues avec grand succès. Léon :
– Bah dis donc, une fois, comment fais-tu pour attraper autant de lapins avec rien dans les mains, comme ca ?

Pierrot :
– Eh bien gars, vois-tu, je me mets devant un terrier de lapin et j’imite le cri de la carotte. Si c’est un petit terrier, j’imite le cri de la petite carotte, si c’est un terrier moyen, je fais le cri de la carotte moyenne, et si c’est un gros terrier. le cri de la grosse carotte.

Léon :
– Ah ! Et dis-moi une fois, je pourrai en faire autant et ca marcherai ?

Pierrot :
– Ouais, ouais.

Et le lendemain matin, on lit en première page du journal :
« Un belge écrasé par un train à la sortie d’un tunnel. »

Une maladie si difficile

C’est en Belgique, une femme se sent de plus en plus patraque. C’est vrai… Ça la prend le soir, les sueurs et tout ! Une espèce de sueur froide avec un grand vide, comme une sensation de vertige… Alors elle va voir son docteur et lui explique : – Oh la la ! Docteur, je sais pas ce que j’ai, mais je ne me sens pas bien du tout ! Déjà, le matin, je ne suis pas dans mon assiette ! A midi il n’y a plus d’assiette, et le soir je ne sais plus où j’en suis.
– Je vais vous examiner !

Il lui fait une radio, l’ausculte, la fait tousser plusieurs fois… Au bout d’un moment, la femme finit par s’impatienter :
– Bon, docteur, dites-moi ce que j’ai ?
– C’est difficile à dire…
– Je n’ai pas peur de la vérité, je m’y suis préparée ! J’ai lu toute une série d’articles médicaux, psychologiques, alors voilà, je suis prête.
– Vraiment, c’est très difficile à dire…
– Non, non, docteur ! Ne vous dérobez pas ! Dites-moi la vérité !
– Eh bien vous souffrez d’une hypor… d’une hoper… Putain, je vous l’avais pourtant dit que c’était difficile à dire !

Sous-marin olympique

Ça se passe au retour des jeux Olympiques. C’est la délégation belge de natation qui est reçue par le Roi Baudouin qui leur adresse de vibrants hommages. « Messieurs, au nom de la Belgique et de la culture sportive une fois, je tiens à vous adresser mes plus chaleureuses félicitations pour vos exploits respectifs de ces derniers jours, car je suis particulièrement fier de le souligner ici : c’est vraiment la première fois que l’on ne déplore aucun noyé dans notre équipe. »